ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Dimanche 23 Novembre 2014

SCIENCE - Publié le 14/08/13 à 14:39


Deux espèces de ver mangeur d'os découvertes dans l'Antarctique



Alors que le bois immergé dans l'Antarctique reste intact, faute de micro-organismes capables de le dégrader dans ces eaux glaciales, les ossements de baleine y sont rapidement dévorés, révèle une étude, qui a identifié deux nouvelles espèces de vers nécrophages.

L'Antarctique est complètement dépourvu d'arbres depuis au moins 30 millions d'années, ce qui signifie qu'hormis des épaves de navire échouées relativement récemment, aucun élément en bois n'a été introduit dans l'écosystème marin. A l'inverse, cette région du monde connaît l'une des plus fortes concentrations saisonnières en cétacés, particulièrement de diverses espèces de baleines qui viennent s'y nourrir.

Différentes études ont montré que, dans la plupart des océans, les débris de bois et les ossements de baleines étaient la proie d'un large éventail de micro-organismes marins qui s'en nourrissent, des mollusques xylophages s'attaquant aux coques des navires et des vers nécrophages de la famille des Osedax qui percent des trous dans les os des vertébrés.

Une équipe de biologistes européens et américains a voulu savoir ce qu'il en était dans les eaux de l'Antarctique. Ils ont donc immergé durant plus d'un an, en trois lieux distincts, des planches de pin et de chêne et des os de baleine, puis les ont remonté pour les analyser.

Les échantillons de bois, demeurés à plus de 500 mètres de fond, sont ressortis quasiment intacts, sans aucun signe de pourrissement ou de dégradation causée par des mollusques de type Xylophaga.

A l'inverse, les os de baleine ont été "sérieusement infestés" par des vers mangeurs d'os, identifiés comme appartenant à une nouvelle espèce baptisée Osedax antarcticus. "Chaque os de baleine était recouvert d'une épaisse +peau+ rosée composée d'Osedax. Sur une côte, une densité de 202 spécimens pour 100 cm2 a même été observée", souligne l'étude, publiée par la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

Inconnu avant 1996

Une vertèbre de baleine immergée dans un troisième site, plus proche des côtes antarctiques et situé à seulement vingt mètres de profondeur, ne laissait initialement pas apparaître de tels signes. "Mais après plusieurs jours passés dans un aquarium, un petit tube de mucus a été observé au fond d'un trou dans l'os et s'est avéré être un spécimen extrêmement petit d'Osedax", une autre espèce de ver jusqu'alors inconnue (Osedax deceptionensis).

Avant cela, les scientifiques ne connaissaient que cinq espèces d'Osedax, dont la première a été identifié très récemment, en 1996. Et toutes vivent dans des eaux beaucoup plus chaudes et généralement à grande profondeur.

Ces trouvailles confirment que "les larves d'Osedax ont réussi à coloniser les os en l'espace de moins d'un an, alors que les larves de Xylophaga n'y sont pas parvenues", écrivent Adrian Glover, du Muséum national d'Histoire naturelle de Londres, et son équipe.

"Il est possible que nos expériences n'aient pas été laissées assez longtemps, ou que la taille des lots de bois, ou la présence d'os de baleine, ait inhibé le développement des larves" de xylophages, reconnaissent les chercheurs. Mais des expériences similaires menées sous d'autres latitudes ont montré que les espèces xylophages "infestaient le bois au bout de trois mois, et dans certains cas, suffisaient à le détruire totalement en un an", soulignent-ils.

Par contraste, la colonisation rapide et massive des vers nécrophages est particulièrement saisissante. Etant donné que baleines et autres cétacés abondent dans les eaux de l'Antarctique, les chercheurs soupçonnent que la population d'Osedax y est beaucoup plus importante et diversifiée qu'envisagé jusqu'à présent.

8 commentaires

    Laisser un commentaire


     Publicité 
     Top News 
    Regarder la télévision 3h/jour doublerait le risque de mort prématurée
    Les députés veulent interdire les sacs plastiques à usage unique
    Le cannabis pourrait réduire les crises d’épilepsie
    5 très bonnes raisons de dormir nu
    Le film X se creuse une place dans le couple
    Samsung va présenter un smartphone sans Android
    Un homme se retrouve avec le coeur retourné après un accident de moto
    Des égouts au radiateur, une nouvelle forme d'énergie propre
    Découverte d'une méga-planète, 17 fois plus lourde que la Terre
    A Sioux Center, dans l'Iowa, 100 veaux clonés naissent chaque année
     Publicité 
     En image 
     Dernières réactions 
    02/06/2014 - 02:54 - Marc girard
    Ses un red Perrot la photo du poisson:) ...
    23/04/2014 - 08:42 - Daniel BOULART
    Bonjour, Il manque l'essentiel à ce texte. 1. Quelle est ...
    17/04/2014 - 15:24 - custo
    Un ami disait: "là où y a du bordel y ...
    17/03/2014 - 01:21 - Micha
    Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
    03/03/2014 - 10:31 - didier
    Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
     Sur Facebook 

     Publicité 
    2011-2014 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.014 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.