ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 16 Fevrier 2019

RECHERCHE - Publi le 05/12/11 15:08


La preuve de l'évolution humaine... à l'île aux Coudres



(Québec) Contrairement à ce qu'on peut penser, l'évolution de l'espèce humaine n'est pas encore terminée, malgré toute sa culture et sa technologie. Des chercheurs viennent justement d'en trouver la preuve... à l'île aux Coudres!



Si l'on a déjà observé des cas où une sélection s'opérait sur certaines caractéristiques parmi des populations humaines modernes, il est extrêmement difficile de prouver que cette sélection a eu des effets sur la génétique du groupe - cela n'avait même jamais été fait. En effet, explique Emmanuel Milot, postdoctorant en biologie à l'Université du Québec à Montréal et auteur principal de l'article paru dans les Proceedings of the National Academy of Science, il demeure toujours possible que le trait observé ait changé pour des raisons autres que génétiques, comme la qualité de l'alimentation.



Or, les habitants de l'île aux Coudres furent pendant longtemps, bien involontairement, les candidats idéaux pour ce genre d'étude : une population insulaire, endogame, relativement isolée du monde extérieur, socio-économiquement homogène, avec en prime un clergé local qui a tenu un registre minutieux des mariages, décès et naissances.



M. Milot et Cie en ont donc profité pour suivre un indicateur en particulier, l'âge des femmes au premier enfant, sur pas moins de huit générations entre 1799 et 1940. Connu pour avoir une composante génétique, l'âge au premier accouchement peut en outre conférer un avantage évolutif, puisqu'«une reproduction hâtive peut mener à une plus grosse famille et être mieux adaptée, surtout en période de croissance de la population», écrivent M. Milot et ses collègues.



Or, à l'île aux Coudres, l'âge moyen des femmes au premier enfantement est passé de 26 à 22 ans en 140 ans. Il est évident que bien des facteurs autres que la génétique aient pu contribuer à cette baisse, concède sans difficulté M. Milot.



«Ce n'est pas codé dans les gènes, l'âge exact auquel on se reproduit. Mais vous avez une moyenne d'âge au premier enfant, avec une variation autour de cette moyenne. Et on a utilisé une méthode pour établir la part de génétique dans cette variation», grâce aux archives paroissiales, qui permettent de faire une généalogie détaillée de la population, explique-t-il.



La conclusion est sans équivoque : «Notre étude supporte l'idée selon laquelle les humains évoluent toujours. Elle démontre aussi que la microévolution peut être détectée sur un horizon de seulement quelques généra­tions chez les espèces à grande longévité.»



Attention, a averti tout de même M. Milot lors d'un entretien téléphonique, cette tendance à enfanter de plus en plus jeune «ne vaut pas pour l'ensemble de l'humanité. Ça varie beaucoup selon la population et le contexte». L'idée de la recherche était de démontrer que même des populations modernes peuvent encore évoluer, au sens fort et génétique du terme, malgré toute leur culture et leur technologie.

L'usage du cannabis l'adolescence associ un risque accru de dpression l'ge adulte
Une tude amricaine souligne la dangerosit du Roundup
tude: lien modeste entre les aliments ultratransforms et la sant
Une nouvelle pierre l'difice contre les aliments ultratransforms
Regarder la tl serait le pire comportement sdentaire pour les enfants
Des bactries dans nos intestins pourraient jouer un rle dans la dpression
La pollution de l'air l'cole pourrait tre associe un risque accru d'obsit
Une tude trouve un lien tonnant entre cannabis et fertilit masculine
La sdentarit entrerait en jeu dans l'augmentation du risque de cancer colorectal prcoce
Calcification des artres : la pratique intensive du sport serait sans danger pour le coeur
 Publicit 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Dforestation en Indonsie: plus de 1,3 milliard en amendes impayes
La NASA presse sur l'acclrateur pour un retour sur la Lune
Dcouverte de la chambre funraire d'un noble inca au Prou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activits physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La diffrence est plus dans la tte que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: la dcouverte de notre jardin intrieur
Cuba: l'internet mobile disponible partir de jeudi
Climat: une ado en colre plaide en faveur des gnrations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits crans: le boom des jeux vido sur mobile en Afrique
Naissance du premier bb grce une greffe d'utrus d'une donneuse dcde
L'hiver est l, le charbon brle, les Balkans suffoquent
Premier vol habit destination de l'ISS depuis le lancement rat
 Publicit 
 En image 
 Publicit 
2011-2019 Aux Frontires de la Science. Crdits photos: istockphoto. Page gnre en 0.038 secondes. Blog d'actualits scientifiques ralis par des passionns.