ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Dimanche 19 Novembre 2017

RECHERCHE - Publi le 05/12/11 15:08


La preuve de l'évolution humaine... à l'île aux Coudres



(Québec) Contrairement à ce qu'on peut penser, l'évolution de l'espèce humaine n'est pas encore terminée, malgré toute sa culture et sa technologie. Des chercheurs viennent justement d'en trouver la preuve... à l'île aux Coudres!



Si l'on a déjà observé des cas où une sélection s'opérait sur certaines caractéristiques parmi des populations humaines modernes, il est extrêmement difficile de prouver que cette sélection a eu des effets sur la génétique du groupe - cela n'avait même jamais été fait. En effet, explique Emmanuel Milot, postdoctorant en biologie à l'Université du Québec à Montréal et auteur principal de l'article paru dans les Proceedings of the National Academy of Science, il demeure toujours possible que le trait observé ait changé pour des raisons autres que génétiques, comme la qualité de l'alimentation.



Or, les habitants de l'île aux Coudres furent pendant longtemps, bien involontairement, les candidats idéaux pour ce genre d'étude : une population insulaire, endogame, relativement isolée du monde extérieur, socio-économiquement homogène, avec en prime un clergé local qui a tenu un registre minutieux des mariages, décès et naissances.



M. Milot et Cie en ont donc profité pour suivre un indicateur en particulier, l'âge des femmes au premier enfant, sur pas moins de huit générations entre 1799 et 1940. Connu pour avoir une composante génétique, l'âge au premier accouchement peut en outre conférer un avantage évolutif, puisqu'«une reproduction hâtive peut mener à une plus grosse famille et être mieux adaptée, surtout en période de croissance de la population», écrivent M. Milot et ses collègues.



Or, à l'île aux Coudres, l'âge moyen des femmes au premier enfantement est passé de 26 à 22 ans en 140 ans. Il est évident que bien des facteurs autres que la génétique aient pu contribuer à cette baisse, concède sans difficulté M. Milot.



«Ce n'est pas codé dans les gènes, l'âge exact auquel on se reproduit. Mais vous avez une moyenne d'âge au premier enfant, avec une variation autour de cette moyenne. Et on a utilisé une méthode pour établir la part de génétique dans cette variation», grâce aux archives paroissiales, qui permettent de faire une généalogie détaillée de la population, explique-t-il.



La conclusion est sans équivoque : «Notre étude supporte l'idée selon laquelle les humains évoluent toujours. Elle démontre aussi que la microévolution peut être détectée sur un horizon de seulement quelques généra­tions chez les espèces à grande longévité.»



Attention, a averti tout de même M. Milot lors d'un entretien téléphonique, cette tendance à enfanter de plus en plus jeune «ne vaut pas pour l'ensemble de l'humanité. Ça varie beaucoup selon la population et le contexte». L'idée de la recherche était de démontrer que même des populations modernes peuvent encore évoluer, au sens fort et génétique du terme, malgré toute leur culture et leur technologie.

Soyez le premier commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicit 
 Top News 
Mdicaments, l'invisible pollution de l'eau
Vers Alpha du Centaure 60.000 km/s, le rve d'un milliardaire russe
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'tre opr
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fivre du Congo aprs une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Dcs du mathmaticien franais Jean-Christophe Yoccoz, mdaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dgradation chez les personnes ges
Microsoft dvoile les caractristiques de sa nouvelle Xbox
 Publicit 
 En image 
 Dernires ractions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicit 


2011-2017 Aux Frontires de la Science. Crdits photos: istockphoto. Page gnre en 0.056 secondes. Blog d'actualits scientifiques ralis par des passionns.