ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Juillet 2018

CIEL&ESPACE - Publié le 04/12/11 à 18:57


Mars Direct 1 : premiere station humaine sur Mars en 2020



<b>Arpenter le sol de Mars n'est plus un doux rêve. Américains et Européens se sont lancés dans une course à la planète rouge. Objectif : construire une station habitable pour l'Homme d'ici 2020.



Une initiative qui doit enchanter les deux architectes Pierre Brulhet et Olivier Walter, auteurs de nombreux projets de stations martiennes dont Mars Direct 1. Conscients des conditions de vie difficiles sur Mars, ils ont élaboré une station optimale et confortable pour les spationautes qui l'occuperont.



Inscrit dans la continuité du projet européen, Euro-Mars, Mars Direct 1 pourrait être envoyée vers la planète rouge en 2020.



Premier arrêt à la Station Spatiale Internationale qui accuse un certain vieillissement. Les modules s'arriment dessus. Les 12 membres d'équipage vont séjourner plusieurs mois à bord de l'ISS.



Les deux modules surpuissants de Mars Direct 1 propulsent à vitesse grand V l'ensemble ISS-station martienne vers la quatrième planète du système solaire.
Six mois sont nécessaires pour parcourir les millions de kilomètres séparant la Terre de Mars. L'ISS se positionnera en orbite autour de la planète rouge.



Les deux modules arrimés à l'ISS se détachent. Ils doivent passer à travers la mince couche atmosphérique. Elle est composée essentiellement de dioxyde de carbone.
Cette phase est la plus délicate pour l'équipage. Des boucliers thermiques permettent de prévenir tout endommagement de la structure.
La phase de descente terminée, chaque module va se poser à un point précis défini déjà sur Terre.



Le module 1 doit arriver vers la Caldeira Olympus Mons, le plus haut sommet du système solaire, à savoir 25 km de haut.
Quant au module 2, son point de villégiature est Valles Marineris, le plus grand canyon de Mars. Sa profondeur dépasse 6 km.



Une fois sur place, les modules se fixent au sol et déploient leurs différentes structures.



Les deux architectes Pierre Brulhet et Olivier Walter ont revu leur copie par rapport au projet Euro-Mars (version française). Cette fois-ci, ils ont opté pour trois ensembles radiaux gonflables afin de libérer l'espace central.



Chaque partie gonflable correspond à :

- Un sas par lequel les spationautes communiquent avec l'extérieur

- Une serre pour procéder à des expériences

- Un laboratoire où les scientifiques pourront réaliser directement les premières analyses des échantillons récoltés sur place

Un garage est également prévu dans ce projet Mars Direct 1. Des quads serviront à la mobilité des spationautes sur Mars.

Pour parer à toute éventualité ou accident, les architectes ont conçu un sas où tous les rangements sont gonflables, comme lui. Ce lieu permet l'accès à l'extérieur via une rampe. Il sert également de lieu de stockage des échantillons ramenés et des équipements de sortie martienne tels que les combinaisons.



Les spationautes pourront accéder du bas vers le niveau 2 de la station spatiale grâce à un escalier qui se trouve dans le local de répartition.
Pierre Brulhet et Olivier Walter ont conçu, au deuxième étage de la station, un lieu de vie multifonctions. Ils ont prévu un maximum de confort pour les membres de l'équipage : fauteuils, bureau privé, grande table à manger...



Les architectes ont optimisé au maximum l'espace de sorte à ce que les spationautes ne souffrent pas d'un espace réduit sur Mars.
Pour gagner un maximum de place dans le volume polyvalent, les deux architectes ont rusé. Bureau, salon mais aussi salle à manger, il faut que tout l'équipement tienne dans un lieu confiné et plutôt réduit. Pour l'immense table à manger, les architectes ont pensé à un mécanisme permettant de la faire monter et descendre du plafond. Ingénieux, non ?



Pour travailler et communiquer avec la Terre, les architectes ont mis au point des box de travail individuels, comme nous pouvons le voir sur cette simulation.



Via les échelles, les occupants pourront accéder au niveau trois de la station. Il comprend les chambres à coucher ainsi que les stockages.
Chaque membre d'équipage possède sa propre couchette avec, cerise sur le gâteau, une vue sur le module polyvalent.



Mars Direct 1 est un projet qui regroupe aussi bien la fonctionnalité que le confort. Les architectes ne peuvent pas lésiner sur un habitat que les habitants vont occuper pendant des mois.



A l'origine de ce projet, deux architectes férus de Mars : Pierre Brulhet et Olivier Walter.
Ces deux hommes regrettent que l'architecture ne soit pas assez impliquée dans la conquête spatiale. Les deux passionnés veulent y remédier et élaborent de nombreux projets de stations martiennes.



Leur objectif : concevoir des stations adaptées au séjour dans l'espace et sur Mars, tout en offrant un espace optimal et confortable à un équipage disposé à passer des années sur place. Il faut que l'architecte anticipe les futurs besoins des astronautes et qu'il prenne en compte les contraintes environnementales.



Les contraintes rencontrées:

  - La taille des lanceurs de la fusée oblige à réduire la taille et le poids du matériel envoyé sur Mars.

  - Les contraintes environnementales de Mars comme l'absence d'oxygène dans son atmosphère, la température extérieure froide, les tempêtes de poussières, le manque de lumière, l'absence d'eau, la faible pesanteur...

  - Les matériaux à utiliser sur Mars permettant de résister à l'environnement hostile à l'Homme.



Les deux architectes ont mis au point de nombreux projets martiens tels que Euro-Mars, Mars Direct 1, Mars Sanctuary, MDRS 43...

En Ecosse, un coin reculé des Highlands avant-poste de la conquête spatiale
Une boule étrange parmi les 12 nouvelles lunes découvertes autour de Jupiter
Douze nouvelles lunes découvertes autour de Jupiter
Les Américains peut-être absents de l'espace après novembre 2019
Tourisme spatial: les premiers vols réguliers peut-être en 2019
Un vaisseau cargo russe rejoint l'ISS en un temps record
Israël veut lancer son premier engin spatial vers la lune
Espace: la Chine conçoit un lanceur surpuissant pour 2030
Oumuamua serait en fait une comète
Un cerveau volant lancé par SpaceX vers la Station spatiale internationale
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La justice resserre l'étau autour de l'usine Alteo de Gardanne et de ses rejets dans les Calanques
A Strasbourg, la révolution verte est en marche
La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies
Egypte: découverte d'un atelier de poterie de plus de 4.500 ans
En Ecosse, un coin reculé des Highlands avant-poste de la conquête spatiale
 LES PLUS LUS 
A la recherche de l'origine des Incas, grâce à la génétique
Pologne: Première naissance en captivité d'un couscous, marsupial indonésien
Découverte d'un nouveau site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou
Avec le réchauffement climatique, les légumes vont devenir plus rares
Voici Norman, l'intelligence artificielle psychopathe
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
Le musée des égouts de Paris fait peau neuve
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Au Chili, un vent de liberté sexuelle fait exploser les cas de VIH
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.023 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.