ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Novembre 2018

FUTUR - Publi le 18/02/12 16:03


Lancement du Virgin oceanic, un sous-marin destiné à explorera les fosses les plus profondes



Le milliardaire britannique Richard Branson a dévoilé Virgin Oceanic, un sous-marin destiné à explorer les fosses les plus profondes du monde durant 2 ans.

Construit en fibre de carbone et en titane, Virgin Oceanic a été conçu pour descendre à environ 11 000 m de profondeur, avec une autonomie d’environ 24 heures. La 1ère plongée est prévue fin 2011 dans la fosse des Mariannes à 11 km de profondeur. Son objectif : fournir le premier recensement "vertical" de la diversité biologique de la surface au fond de l’océan.

La dernière plongée humaine dans la fosse des Mariannes a eu lieu le 23 janvier 1960 : le suisse Jacques Piccard et l’américain Don Walsh avaient atteint la profondeur record de 10 916 mètres à bord du bathyscaphe Trieste. Un record toujours d’actualité !

La seconde plongée aura lieu dans la fosse la plus profonde de l’océan Atlantique, celle de Porto Rico, à environ 8 km de profondeur.
Les plongées suivantes se dérouleront dans les océans Austral (fosse des îles Sandwich du Sud - 7 235 m), Arctique (Mollov deep - 5 608 m) et Indien (fosse Diamantina - 8 047 m).

Les objectifs des scientifiques sont multiples : cartographier, photographier et filmer ces zones qui ont été peu étudiées ; effectuer des prélèvements de sédiments ou d’eau ; étudier les animaux bioluminescents ou les bactéries marines ; mieux comprendre le fonctionnement des volcans ou des sources chaudes sous-marines...

L’apport scientifique du projet Virgin Oceanic

Personne n’a encore documenté, sur un site unique, l’ensemble de la séquence verticale de la vie dans les océans. Dans la fosse des Mariannes du Sud, il sera possible de plonger à plus de 10 km de profondeur et de remonter sur un flanc escarpé jusque sous la surface tout en documentant les changements des écosystèmes tout au long du chemin. Cela pourrait fournir le premier recensement aussi complet de la diversité biologique de la surface au fond de l’océan.

Bien que la fosse des Mariannes ait déjà été étudiée en détails, son unique densité d’espèces des profondeurs dans une zone confinée en fait une cible scientifique riche. Des volcans de boue de serpentine bleue, aux cheminées hydrothermales à 700° jusqu’à une zone de subduction où la plaque Pacifique plonge sous la plaque Philippine (1), la fosse des Mariannes a de quoi occuper les chercheurs.

En plus du sous-marin lui-même, de nombreux robots autonomes recueilleront des données scientifiques et des échantillons supplémentaires ainsi que des séquences du submersible de passage.

Des robots « complices » du sous-marin

Pour atteindre leurs objectifs, le microbiologiste Dr Doug Bartlett (Scripps Institution of Oceanography) ainsi que les autres scientifiques (2) utiliseront des robots. Ces derniers pourront être armés d’appâts, d’appareils photos et de projecteurs à déclenchement automatiques ainsi que d’outils de prélèvements d’eau et de sédiments du fond. Les robots seront déployés avant la plongée et regagneront la surface une journée après la plongée. A l’aide de ses sonars, le sous-marin devrait être capable de rejoindre les robots et d’observer la vie sous-marine qu’ils auront attirée.

Ils n’obtiendront pas des échantillons de quelques litres mais le produit d’un mécanisme de pompe et de filtre qui fera circuler 20 000 litres d’eau au travers d’un filtre assez fin pour séparer les particules virales et microbiennes du flux. Ainsi, sera remontée une quantité bien plus importante de prélèvements et des échantillons suffisamment importants pour pratiquer des tests ADN. L’équipe du Scripps étudiera des échantillons ramenés des profondeurs et cherchera des organismes inconnus ainsi que enzymes ou des gênes potentiellement bénéfiques.

(1) Toutes les fosses profondes se situent en limite des plaques tectoniques.
(2) Les scientifiques associés à ce projet sont issus de l’Institut océanographique Scripps Institution of Oceanography, de l’aquarium Monterey Bay Aquarium Research Institute, des universités de Californie sud et d’Hawaii


Bientt des voitures volantes? Le Japon y croit
Hyperloop: le train du futur l'essai dans un village limousin
Le train futuriste Hyperloop met un pied en Chine
Un demi-sicle aprs le Concorde, une start-up vise un futur supersonique
Rolls-Royce dvoile son taxi volant hybride Farnborough
L'hybride rechargeable plus pertinente que le tout lectrique d'ici 2030, dit une tude
Les vhicules autonomes, une rvolution pour les villes?
Des vhicules autonomes la demande expriments Rouen, premire en Europe
Le train futuriste trs grande vitesse d'Elon Musk arrive Chicago
L'automobile en pleine rvolution des lumires
 Publicit 
 LES PLUS RÉCENTS 
Jeux d'immersion: la course aux salles de ralit virtuelle est lance
Asticots et vin de souriceaux: en Sude, un Muse de la nourriture dgotante
Comment les chats utilisent leur langue pour mouiller leur fourrure, selon des chercheurs
Les chances de prserver le thon obse s'amenuisent
L'humanit face un risque de catastrophes climatiques simultanes
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs dcouvrent une faille de scurit
Comment limiter le temps d'exposition aux crans des enfants ?
Des tombes de l'poque romaine dcouvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouv aurait t dterr en gypte
La mortalit par AVC volue ingalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancreux
Le gnome complet du bl tendre squenc pour la premire fois
Mars son plus prs de la Terre en 15 ans
 Publicit 
 En image 
 Publicit 
2011-2018 Aux Frontires de la Science. Crdits photos: istockphoto. Page gnre en 0.043 secondes. Blog d'actualits scientifiques ralis par des passionns.