ACCUEIL | FLUX RSS | APPLI ANDROID
Dimanche 19 Novembre 2017

SCIENCE - Publié le 04/12/11 à 18:03


Comment les UVA agissent-ils sur l'ADN ?



Le bronzage à haute dose est nocif pour la santé et peut provoquer des cancers de la peau. La faute incombe aux rayons ultra-violets A. Comment agissent-ils sur notre organisme ?



D'après le Syndicat des Dermatologues, près de 80 à 90 000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués, chaque année. Les travailleurs en plein air, les jeunes et les habitants de régions ensoleillées sont les plus touchés. Les rayons UVA du soleil sont responsables de ces cancers. Une équipe de scientifiques du Laboratoire Francis Perrin, en collaboration avec des chercheurs du laboratoire du CEA-Inac, à Grenoble, a détecté le mode d'interaction de ces rayons UV avec l'ADN, notre patrimoine génétique. Leurs travaux sont publiés en ligne, depuis le 18 mars, dans le Journal of the American Chemical Society.



95% des rayons UV du soleil parvenant à la surface de la Terre sont de type A. Ils produisent des modifications chimiques des bases de l'ADN, à savoir sur l'adénine, la guanine, la thymine et la cytosine. L'altération chimique la plus courante est la combinaison de deux thymines proches sur le brin d'ADN, pour donner une nouvelle entité, le "dimère de cyclobutane".



Les physico-chimistes ont examiné le comportement d'une double hélice d'ADN synthétique (formée uniquement de paires adénine-thymine) vis-à-vis des photons UVA. Ils ont ensuite comparé son comportement avec celui des deux simples brins complémentaires (constitués uniquement de thymines ou uniquement d'adénines). Les résultats montrent que les bases, individuellement, sont transparentes aux UVA. Mais lorsque qu'elles sont associées dans des brins d'ADN, l'absorption des rayons UVA augmente sensiblement quand ces derniers s'associent pour former une double hélice. De plus, la probabilité qu'un photon UVA absorbé conduise à la formation des cyclobutanes est au moins dix fois plus élevée dans le cas d'un double brin que pour un simple brin. La structure électrique des bases expliquerait cette distinction entre simple brin d'ADN et double hélice. L'état excité des bases persisterait plus longtemps accentuant, ainsi l'altération des thymines.



Reste désormais à étendre ces études expérimentales à des séquences d'ADN plus complexes, semblables à l'ADN naturel.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire


 Publicité 
 Top News 
Médicaments, l'invisible pollution de l'eau
Vers Alpha du Centaure à 60.000 km/s, le rêve d'un milliardaire russe
Mexique: l'homme le plus gros du monde en passe d'être opéré
Comment Facebook filtre notre connaissance du monde?
Espagne: un mort de la fièvre du Congo après une piqure de tique
A Marseille, l'agriculture urbaine prend ses quartiers Nord
Google installe de vrais clients dans ses voitures autonomes
Décès du mathématicien français Jean-Christophe Yoccoz, médaille Fields 1994
L'infection pulmonaire: un risque de dégradation chez les personnes âgées
Microsoft dévoile les caractéristiques de sa nouvelle Xbox
 Publicité 
 En image 
 Dernières réactions 
18/01/2016 - 17:34 - eric
Chez moi: ni bureau, ni papiers, aucune bureaucratie. ...
17/12/2015 - 15:37 - gilles
Je vois une erreur dans ce calcul. Car on ne ...
10/11/2015 - 20:51 - carole ferrer
DES PROMESSES JE N AI PLUS AUCUNE CONFIANCE DANS LES ...
17/03/2014 - 01:21 - Micha
Bordélique de nature je bosse nettement le jour dans l'année ...
03/03/2014 - 10:31 - didier
Se pourrait-il qu'inconsciemment on soit poussé à éternuer sans rien ...
 Publicité 


2011-2017 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.