ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 8 Juillet 2020

SEXO - Publié le 29/01/2020 à 22:55


Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?


AFP

Afin de mieux prévenir le harcèlement sexuel, des chercheurs américains ont exploré les traits de personnalité les plus récurrents chez les individus qui ont tendance à considérer les autres comme des objets sexuels. 

Des professeurs en psychologie de l'université Emory (Géorgie, Etats-Unis) ont réalisé une étude publiée dans Personality Disorders sur le type de personnalité qui pousse à l'objectivation sexuelle des personnes, c'est-à-dire le fait de considérer un individu uniquement sous un angle sexuel.

Les auteurs de l'étude se sont basés sur les caractéristiques de personnalités des patients atteints de psychopathie, un trouble mental rare caractérisé par une déficience du contrôle des émotions et des impulsions, qui peut se traduire par l'incapacité à s'adapter à son milieu social ou l'absence de remords après avoir commis un acte répréhensible. 

La plupart des personnes qui présentent certains traits de personnalité associés à la psychopathie ne remplissent pas les critères d'une psychopathie à part entière, tempère toutefois Scott Lilienfeld, professeur de psychologie à l'université Emory, expert en troubles de la personnalité et co-auteur de l'étude. 

Pour déterminer si les traits sous-jacents à la psychopathie pouvaient aider à comprendre et à prédire statistiquement les attitudes d'objectivation sexuelle dans la population générale, l'enquête s'est appuyée sur 800 Américains (hommes et femmes) qui ont rempli un questionnaire d'auto-évaluation comprenant des éléments sur les attitudes et les comportements relatifs à l'objectivation sexuelle, ainsi qu'aux traits de personnalité liés à la psychopathie. 

Des attitudes nettement plus marquées chez les hommes

L'analyse des réponses recueillies a montré que la méchanceté à l'encontre des autres ou la rivalité était le plus fort prédicteur d'attitudes d'objectivation sexuelle, suivi de près par la désinhibition. La froideur affective était également un trait courant, mais moins important que les deux premiers. 

Comme on pouvait s'y attendre, un plus grand nombre d'hommes que de femmes a été identifié comme susceptible de se livrer à une attitude d'bjectivation sexuelle. Toutefois, les femmes qui ont rapporté des attitudes d'objectivation sexuelle présentaient des caractéristiques relatives à la psychopathie plus marquées que les autres. 

"Les normes sociales pouvant être beaucoup plus fortes contre les femmes qui objectivent sexuellement les autres, cette attitude peut donc être moins susceptible d'être exprimée, sauf chez les femmes ayant des degrés plus élevés de ces traits de personnalité", suppose Thomas Costello, co-auteur de la recherche.

"Comprendre les traits de personnalité associés à l'objectivation sexuelle nous permet d'identifier les personnes qui risquent d'avoir cette attitude et éventuellement de mettre en place des programmes d'intervention ciblés. C'est important car l'objectivation sexuelle peut être un précurseur du harcèlement et de la violence sexuelle. Le débat de société actuel et la prise de conscience croissante du problème de l'objectivation sexuelle sont une grande opportunité pour la recherche sur les raisons de ce phénomène", conclut le chercheur.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Aux Etats-Unis, les adolescents LGBTQ+ sont deux fois plus exposés au harcèlement scolaire que les autres
Les comportements sexuels à risque chez les adolescents peuvent être réduits grâce à l'implication des parents
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants transgenres se sentent autant garçons ou filles que les enfants non trans
Sensibiliser les enfants au concept de la non-binarité pourrait réduire les préjugés à l'école, suggère une étude
Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.