ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 28 Mars 2020

INSOLITE - Publié le 29/01/2020 à 05:46


Un Sud-Africain en quête de record dans un tonneau perché


AFP

Faut-il être prêt à tout pour inscrire son nom au livre Guinness des records ? Certainement, a répondu Vernon Kruger, qui entend bien y laisser le sien en… passant plus de deux mois perché dans un tonneau hissé à 25 m du sol.

Bien loin des hurluberlus que l’on peut croiser au fil des pages de l’ouvrage, ce Sud-Africain de 52 ans semble pourtant avoir les pieds bien sur terre. Sous l’eau même, il est plongeur sous-marin professionnel.

Et pourtant. Il y a 22 ans déjà, Vernon Kruger avait établi dans sa même ville de Dullstroom (nord-est) un nouveau record mondial homologué du « plus long séjour [humain] perché dans un tonneau » : 67 jours et 14 minutes.

Le fruit du hasard, se souvient-il, teinté d’un zeste de bravade. « Un jour, j’étais en vacances dans une île et j’ai grimpé sur un palmier. Quelqu’un m’a dit “tu as l’air très à l’aise, pourquoi tu n’essaies pas de battre le record ? »

« Au départ c’était une plaisanterie […] et puis c’est devenu un défi à relever devant mes amis. Et donc je suis resté perché pendant 67 jours ».

Vingt-deux ans plus tard, Guinness l’a sollicité pour battre son propre record, toujours inviolé.

Le 14 novembre, Vernon Kruger s’est donc fait hélitreuiller dans un tonneau de vin de 500 litres posé au sommet d’un mat de 25 m pour un séjour qu’il savait, par expérience, très spartiate.

« Dormir dans un tonneau n’est pas très facile », confie-t-il du haut de son inconfortable perchoir. « J’ai des tas de crampes et mal au dos depuis que je suis là-haut. C’est très étroit, je ne peut me reposer qu’en position fœtale ».

Comme le philosophe grec Diogène au Ve siècle avant notre ère, selon la mythologie, Vernon Kruger vit dans son tonneau très chichement. Son seul « confort » ? Un trou qui évacue ses besoins naturels sous terre via un tuyau.

Pour tout le reste, il dépend de son équipe d’assistance au sol. « C’est frustrant là-haut parce qu’il y a très peu de choses que je peux faire tout seul », grommelle-t-il.

Son calvaire volontaire touche presque à sa fin. Lundi, il aura battu son propre record.

Mais il compte bien prolonger son calvaire de quelques jours pour en faire profiter les ONG d’aide à l’enfance et aux malades d’épilepsie pour lesquelles il recueille des fonds.

Et aussi, un peu, pour garder son nom dans le Guinness.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Un New-Yorkais sourd réclame en justice des sous-titres à des sites pornos
Un Sud-Africain en quête de record dans un tonneau perché
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
A 67 ans, une femme devient la plus vieille jeune maman de Chine
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
Des robots pole danseurs aux côtés des strip-teaseuses dans un club nantais
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Veaux, vaches, cochons aux gènes édités? Entre grandes promesses et sérieux écueils
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.