ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 1 Juin 2020

SANTE - Publié le 12/11/2019 à 16:14


Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée


AFP

Le laboratoire américain Abbott a annoncé avoir identifié un nouveau sous-type du virus du sida chez trois personnes depuis les années 80, que les tests actuels sont déjà capables de détecter. Ce type de classification aide les scientifiques à maintenir leur arsenal thérapeutique à jour.

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) mute, comme tous les virus. Il existe en fait deux virus distincts : VIH-1, qui représente la quasi-totalité des infections dans le monde, et VIH-2.

VIH-1 est divisé génétiquement en quatre groupes (M, N, O et P). Au sein du groupe M, responsable de la pandémie, il existe neuf sous-types, représentés par des lettres allant de A à K.

Abbott a annoncé mercredi dans un communiqué avoir identifié un 10e sous-type, « L », chez trois personnes. A priori, les traitements antirétroviraux devraient fonctionner.

« Puisque le sous-type L fait partie du groupe majeur du VIH, le groupe M, on peut s’attendre à ce que les traitements actuels soient efficaces contre lui », dit à l’AFP Mary Rodgers, cheffe du programme de surveillance virale mondiale chez Abbott.

Cette nouvelle mutation avait été identifiée dans deux échantillons de sang prélevés en 1983 et 1990 dans ce qui est aujourd’hui la République démocratique du Congo. Mais pour ajouter un sous-type à la nomenclature officielle, il fallait un troisième cas indépendant, selon des règles établies en 2000.

Ce cas a finalement été découvert dans un troisième échantillon suspect qui avait été prélevé en 2001. Son séquençage n’avait à l’époque pas été possible parce que la quantité de virus était trop faible, a expliqué Abbott. Mais les scientifiques, grâce à de nouvelles technologies, sont parvenus récemment à isoler le virus et à confirmer qu’il correspondait aux souches de 1983 et 1990.

Ce sous-type n’est donc pas nouveau. Il est probablement toujours en circulation en RDC et peut-être ailleurs, selon les chercheurs.

Mais jusqu’à preuve du contraire, la souche est rare, n’ayant été identifiée que trois fois. Abbott dit que le séquençage est disponible pour les chercheurs qui voudraient en trouver d’autres en circulation.

L’intérêt de la classification génétique est de s’assurer que les tests de diagnostic détectent toutes les souches. C’est le cas de ce sous-type L, confirme à l’AFP Mary Rodgers.

« Cette découverte souligne que pour mettre fin à l’épidémie du VIH, nous devons continuer à devancer le virus et à utiliser les dernières technologies et tous les moyens disponibles pour en comprendre le périmètre », poursuit la chercheuse, coauteure de l’étude publiée dans une revue spécialisée, le Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
Une maladie peut-être liée au coronavirus touche des enfants au Royaume-Uni
Une étude suggère que le Covid-19 ne serait pas sexuellement transmissible
Coronavirus: une vacherie qui réserve des surprises
Deux chats malades du coronavirus à New York
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.