ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 28/10/2019 à 14:25


Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon


AFP

Manger régulièrement des fibres et du yaourt a été associé à une prévalence moins importante du cancer du poumon, selon une vaste étude réalisée sur des populations originaires d'Asie, d'Europe et des États-Unis.

Les fibres, que l'on retrouve majoritairement dans les fruits et légumes ainsi que dans les céréales et les légumineuses, sont connues depuis longtemps pour leurs vertus nutritives et thérapeutiques, notamment sur le système digestif. 

Cette nouvelle recherche menée par des scientifiques du centre médical de l'université Vanderbilt (Nashville, États-Unis), soulève l'hypothèse selon laquelle un régime riche en fibres combiné à un apport régulier de yaourt pourrait réduire les risques de cancer du poumon.

Publiée dans la revue JAMA Oncology, cette vaste étude a passé à la loupe le régime alimentaire de 1,4 million d'adultes en Asie, en Europe et aux États-Unis. Les participants ont été classés en cinq groupes, définis en fonction de leur apport (plus ou moins important) de fibres et de yaourt dans leur régime alimentaire quotidien.

"Les fibres alimentaires, la principale source de prébiotiques et le yaourt, aliment probiotique, confèrent divers bienfaits pour la santé en modulant le microbiote intestinal et les voies métaboliques. Cependant, leurs liens avec le risque de cancer du poumon n'ont pas été bien étudiés", expliquent les chercheurs.

Au cours d'un suivi médian de 8,6 ans, 18.822 cas de cancer du poumon ont été recensés. Comparé aux personnes qui consommaient pas ou peu de fibres et de yaourt, les personnes qui en mangeaient le plus présentaient 33% de risques en moins de développer un cancer du poumon.

"Cette association inverse était solide, observée de façon constante chez les fumeurs actuels, les anciens fumeurs et ceux qui n'ont jamais fumé, ainsi que chez les hommes, les femmes et les personnes ayant des antécédents différents", précise l'autrice principale de l'étude Xiao-Ou Shu, PH, professeure de recherche sur le cancer et co-directrice du Cancer Epidemiology Research Program au Centre de traitement du cancer Vanderbilt-Ingram. "Nos résultats suggèrent un rôle protecteur potentiel des prébiotiques et des probiotiques contre la carcinogenèse pulmonaire", concluent les auteurs de l'étude. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.