ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 7 Avril 2020

SANTE - Publié le 10/10/2019 à 11:13


La congélation embryonnaire serait associée à un poids plus élevé à la naissance


AFP

Une étude dirigée par des chercheurs de l'Inserm, des CHU de Grenoble et de Montpellier et de la clinique OVO de Montréal, montre que les nouveau-nés issus d'une fécondation à partir d'embryons congelés pèseraient 250g de plus à la naissance que ceux issus d'embryons frais.

Publiés dans Scientific Reports, les travaux ont comparé le poids de naissance des enfants issus de transfert d'un seul embryon congelé à celui de leurs aînés issus de transfert d'un seul embryon "frais". L'objectif de cette étude était de déterminer si la procédure de congélation-décongélation effectuée dans une démarche de procréation médicalement assistée (PMA) pouvait être impliquée dans ce type de différence. 

Il s'agit de la première étude observationnelle à comparer des données néonatales de grossesses simples (par exemple non gémellaires) réalisées par transfert d'embryons uniques frais pour la première grossesse, et congelés pour la seconde, issus d'un même prélèvement d'ovocytes.

Les résultats montrent que pour un même couple de parents, le poids de naissance du second enfant né par replacement d'embryon réchauffé est significativement plus élevé (environ 3,5 kg) que celui du premier enfant né après replacement d'embryon frais (environ 3,25 kg).

En ajustant ces estimations à des facteurs tels que l'âge maternel à l'accouchement, le nombre d'accouchement de la mère ou le sexe de l'enfant, on parvient à une différence de 271 g entre l'enfant né du transfert d'un embryon congelé et son aîné né du transfert d'un embryon frais, précise l'étude.

"Une hypothèse que l'on peut avancer est celle de l'environnement intra-utérin : lors d'un transfert d'embryon congelé, l'environnement intra-utérin serait potentiellement plus favorable car non altéré par le protocole de stimulation ovarienne réalisé dans le cas du transfert d'embryon frais", explique Samir Hamamah, coordonnateur du département Biologie de la reproduction au CHU de Montpellier, qui a dirigé l'étude.

Les recherches ont par ailleurs démontré que le poids de naissance était également plus élevé après transfert d'embryon congelé que le poids de naissance moyen en France après grossesse spontanée, c'est-à-dire sans aide à la procréation. 

"Cette découverte est particulièrement importante car il est aujourd'hui admis que le poids de naissance influence la santé du nouveau-né jusqu'à l'âge adulte. D'autres facteurs restent donc à explorer pour comprendre comment la congélation impacte le poids de naissance", conclut le Pr Hamamah.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.