ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

SCIENCE - Publié le 09/10/2019 à 16:27


Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne


AFP

"A Festus, 10 ans, et Aquila, 8 ans, Iulia Protogenia à ses chéris": près de 2.000 ans après, la découverte à Narbonne, dans l'Aude, d'une nécropole romaine unique en France, fait surgir de terre, comme intacte, la douleur d'une mère romaine.

Gravée sur une plaque de marbre, l'inscription funéraire fait partie des premières trouvailles faites par les archéologues sur ce site. Datant du 1er au 3ème siècle, il est qualifié d'"exceptionnel" par Dominique Garcia, le directeur de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives).

Tant par sa taille, près de 5.000 m2 qui pourraient abriter jusqu'à un millier de sépultures, que par son état de conservation, grâce aux limons d'un bras de l'Aude qui le longe, et l'ont recouvert à son abandon.

"Cela nous offre un site stratifié, sur une profondeur de jusqu'à 3 m", se réjouit Valérie Bel, la directrice des fouilles. Grâce à ce "mille-feuilles", qui la change des "fonds de tombes" qu'elle fouille habituellement, elle espère pouvoir reconstituer tout le déroulé des pratiques funéraires.

Selon M. Garcia, la nécropole offre du coup un "panorama" rare sur les rites, croyances, et manières d'être des Romains peuplant alors Narbo Martius, la première colonie romaine en Gaule, fondée en 118 av.J.-C..

- Instantané de romanité -

Dans un Haut-Empire florissant, la cité est au début de notre ère un centre majeur d'échanges, entre Méditerranée et Atlantique. Le mode de vie romain et ses règles s'y dessine clairement, car implanté de manière volontariste, ex-nihilo, selon M. Garcia.

Comme en témoignent les tombes, les usagers de la nécropole n'appartenaient pas à l'élite. Beaucoup étaient des affranchis, et des esclaves, selon les indications fournies par les épitaphes, relève Maxime Guillaume, de l'Inrap-Occitanie.

Ils avaient toutefois accédé à un certain statut social, peut-être grâce au négoce. Ce dont pourrait selon lui témoigner la fréquence d'amphores venues de Grèce dans les tombes.

Parmi les vestiges jusque là mis au jour, les plus rares sont une série de "conduits à libation", des tubes souvent constitués de fragments d'amphores, dont les vivants se servaient pour leurs offrandes au mort, nourriture, parfum, huile, voire petits objets.

Sur le site, l'un se dresse encore, planté directement dans une urne funéraire, un autre émerge de terre, signalant une tombe encore inviolée. Plus loin, des pierres noircies s'étalent devant une tombe, restes d'un foyer allumé, on dirait hier, pour un repas funéraire.

Les tombes, dont une centaine ont jusque là été fouillées, sont groupées, parfois superposées, au sein d'enclos "de groupes familiaux ou de corps de métier", note la responsable de secteur Marie Rochette. Le sol est jonché de coquillages, témoignant de rituels alimentaires.

- Un cadeau pour le futur musée -

Parfois surmontés de petits monuments, la plupart des fosses abritent des urnes funéraires, la crémation étant alors privilégiée, sauf pour les jeunes enfants qui étaient eux inhumés.

Pour accompagner les morts, quelques vases en terre cuite, contenant sans doute de l'huile, un peu de nourriture, du parfum, parfois un ou deux flacons de verre, et des lampes à huile, "ce qui répond au rite dit d'inversion, marquant la séparation entre jour et nuit, vie et mort", explique Mme Bel.

Quelques amulettes aussi parfois, comme un petit pendentif phallique en or. Un biberon en terre cuite a aussi été retrouvé.

Le "quartier funéraire" comme préfèrent l'appeler les archéologues, pour rendre compte d'une organisation plus informelle que nos actuels cimetières, a été mis au jour grâce à des fouilles préventives pour la construction d'une résidence, à la périphérie de Narbonne.

Au départ prévues pour durer quatre mois, le chantier a été prolongé, jusqu'à la fin de l'été prochain, pour un budget de six millions d'euros, à la hauteur de l'intérêt du site.

D'autant que, hasard ou "cadeau des Dieux" comme s'amuse un archéologue, il jouxte le futur musée que la région a décidé de consacrer à la Narbonnaise romaine. Les vestiges et informations qu'il livrera devraient en enrichir les collections, avant qu'il ne soit rendu aux promoteurs et recouvert.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
La dépouille du philosophe Montaigne vraisemblablement découverte
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.080 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.