ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 1 Juin 2020

PLANETE - Publié le 30/09/2019 à 13:56


Dans un laboratoire français, huîtres et bars confrontés au CO2


AFP

Des milliers de larves d’huîtres et des dizaines de bars exposés à des taux plus ou moins importants de CO2 : des expérimentations scientifiques menées dans le nord-ouest de la France témoignent de l’urgence de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Alignés en deux rangées, 18 cylindres transparents contenant chacun cinq litres d’eau de mer, circulant en flux continu, occupent l’une des salles du centre expérimental de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) d’Argenton, à la pointe du Finistère (Bretagne).  

Chaque cylindre renfermait au départ quelque 100 000 larves d’huîtres, des animaux considérés comme des sentinelles du changement climatique. Au bout de quinze jours, plus aucune larve ne subsiste dans certains bassins, tandis que dans d’autres, seules quelques dizaines d’animaux, de la taille d’un grain de sable, sont toujours visibles.  

C’est que l’eau a reçu des apports plus ou moins importants en CO2, ce qui a eu pour conséquence de l’acidifier à mesure que le pH diminuait. L’augmentation de dioxyde de carbone réduit en outre la concentration dans l’eau de carbonate de calcium, un minéral nécessaire au développement de la coquille des mollusques et à l’édification des récifs coralliens, déjà grandement menacés par le dérèglement climatique.  

Avec un pH de 8,1 soit le niveau moyen actuel dans les océans, les larves se développent comme elles le feraient dans le milieu marin. À 7,10, il n’en subsiste plus aucune.

Au bout de la lunette d’un microscope, quelques dizaines de larves tournoient faiblement dans une eau au pH de 7,6, quand d’autres sont immobiles, sans vie.  

« L’objectif de l’expérimentation est de voir à partir de quelle acidité les paramètres de vie et de performance des larves sont affectés », explique à l’AFP Fabrice Pernet, chercheur au laboratoire d’écophysiologie de l’Ifremer.  

Point de bascule

« Notre conclusion est que le point de bascule se situe à 7,6, c’est-à-dire qu’à partir d’un tel niveau d’acidification les larves ne se développent plus normalement », poursuit l’expert.  

Dans un autre laboratoire breton de l’Ifremer, à Plouzané, aux portes de Brest, des chercheurs mènent une expérimentation similaire depuis cinq ans, mais sur des bars.  

« Ici aussi nous reproduisons des environnements acides en fonction des scénarios qui sont prévus par le Giec », le groupe d’experts de l’ONU sur le climat, explique David Mazurais, chercheur en physiologie du poisson, en montrant trois bassins où évoluent des bars dans de l’eau à des pH de 8,1, 7,8 et 7,6.

« On a noté un effet du pH sur la qualité des œufs et sur la reproduction », assure le chercheur. Le comportement de nage de ces poissons d’intérêt halieutique et écologique subit également un impact dans une eau acidifiée, selon lui. « À un pH normal ils nagent en banc, à un pH de 7,6 la nage est plus désordonnée, du fait probablement d’une perturbation de leur perception sensorielle », note-t-il.

Le groupe d’experts climat de l’ONU (Giec), qui a averti cette semaine à l’issue d’une réunion marathon de cinq jours à Monaco de l’urgence de réduire les émissions de CO2 pour tenter de limiter les effets dévastateurs du changement climatique, prévoit un pH de 7,6 d’ici à 2100 pour les océans.

« Mais nous y sommes déjà ! » assure Fabrice Pernet. « On a l’impression que l’acidification des océans c’est pour dans 100 ans, mais on l’observe déjà dans les zones côtières », met-il en garde, alors qu’une sonde placée depuis trois ans dans une zone ostréicole de la rade de Brest mesure déjà l’été par moments de tels niveaux de pH.  

« Est-ce qu’il y a un risque pour la reproduction et la survie des animaux marins avec une telle acidification ? La réponse est clairement oui », conclut le scientifique.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
Dans les gorges de l'Ardèche, une virginité retrouvée mais éphémère ?
Lait, vin, pommes de terre: que faire des excédents de la crise du coronavirus?
Coronavirus: au Moyen-Orient, gants et masques polluent villes et nature
Le fonds souverain de la Norvège bannit des géants miniers et énergétiques
Brésil: à plus de 50 ans, une nouvelle vie pour une éléphante
L'Amazonie est un réservoir à virus, dit un chercheur brésilien
Sécheresse catastrophique en République tchèque, selon le ministère de l’Environnement
Besoin de soutien: les adoptions d'animaux s'envolent aux Etats-Unis
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.