ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 10 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 30/09/2019 à 13:53


Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace


AFP

Ils ont troqué l’espace contre les abîmes, la combinaison spatiale contre un équipement de spéléo : six astronautes chevronnés se sont immergés dans les entrailles d’une grotte slovène, un univers confiné aussi exigeant que le cosmos.

On peut avoir accompli des dizaines de sorties en apesanteur et être saisi d’appréhension dans les profondeurs de la terre : « dans une grotte, chaque jour vous avez peur de tomber », confie le vétéran de la NASA Joe Acaba, 52 ans, après son séjour dans les cavités de Divaska Jama, dans l’ouest de la Slovénie.

Les grottes de Slovénie sont l’une des principales attractions touristiques de ce petit pays d’ex-Yougoslavie. Pour les astronautes, elles sont aussi un terrain d’entraînement exceptionnel, « un environnement terriblement difficile, différent et risqué », décrit Loredana Bessone, responsable d’un programme de formation mis en place par l’Agence spatiale européenne (ESA) pour ces missions souterraines.

Six astronautes ont retrouvé la lumière du jour mercredi après six journées plongés dans les cavités obscures et détrempées du Karst slovène, par des températures comprises entre six et dix degrés et un taux d’humidité de 100 %. Un milieu idéal, selon l’ESA, pour mettre à l’épreuve des hommes et des femmes amenés à évoluer dans l’espace.

« Vivre dans une grotte est très semblable, mentalement, à vivre dans l’espace. En fait, je pense même que c’était beaucoup plus difficile que de vivre dans l’espace », raconte à l’AFP l’astronaute japonais Takuya Onishi, âgé de 43 ans.

C’était la sixième fois, depuis 2011, que l’ESA emmenait des astronautes sous la terre, mais la première fois en Slovénie, sur un site classé au patrimoine de l’UNESCO, après plusieurs sessions organisées en Sardaigne. Deux Américains, un Canadien, un Russe, un Allemand et un Japonais faisaient cette année partie de l’aventure.

« Grottenautes »

Les « grottenautes » ont d’abord été formés deux semaines à la spéléologie avant de débuter leur mission au fond de la grotte avec plusieurs objectifs : cartographier le réseau de cavités et lacs souterrains, rassembler des données scientifiques… et dompter un milieu particulièrement déconcertant.

« Le but est qu’ils travaillent en équipe et mènent à bien un projet dans un environnement très complexe », explique Francesco Sauro, responsable scientifique du projet « CAVES » à l’ESA.

Le silence et l’obscurité des profondeurs ont autant impressionné l’Allemand Alexander Gerst que celui du cosmos : on s’y sent « privé de toute stimulation sensorielle, hors de votre zone de confort », explique cet astronaute de 43 ans, qui a déjà effectué deux missions sur la Station spatiale internationale.  

« Vous marchez la moitié de la journée dans des tunnels et quand vous faites le chemin dans l’autre sens, vous ne reconnaissez rien, car vous ne voyez les choses qu’à travers le faisceau de votre lampe frontale », ajoute-t-il.

« Pour moi, le plus grand défi a été descendre dans un boyau de 200 mètres de haut », témoigne le vétéran Joe Acaba.  

« Notre planète est fantastique »

Malgré ces conditions extrêmes, sa collègue de la NASA Jeanette Epps, avoue qu’au moment de quitter les grottes, elle était « plutôt triste ».

« Mais ensuite j’ai levé les yeux et… c’était magnifique », témoigne-t-elle. « Rien que l’odeur et la lumière du soleil sur votre visage, je ne savais pas à quel point je me sentais différente dans la grotte », explique l’astronaute de 48 ans.

Le Japonais Onishi a témoigné, à sa sortie, de préoccupations plus prosaïques : « Honnêtement, j’étais un peu embarrassé parce que je ne savais pas à quel point je sentais mauvais après six jours de vie dans une grotte ».

« J’étais heureux de voir des gens à la surface, mais j’ai essayé de me tenir loin d’eux », plaisante-t-il en riant.  

« Nous reviendrons l’année prochaine ! », a assuré Loredana Bessone, selon laquelle des astronautes du monde entier souhaitent participer au programme.  

Et si la dimension scientifique de l’aventure a convaincu Alexander Gerst, le retour à la surface était une expérience tout aussi forte : « Vous réalisez que notre planète est très spéciale, unique dans l’espace ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Jour J pour la mission lunaire indienne Chandrayaan-2
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.077 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.