ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 1 Juin 2020

PLANETE - Publié le 06/09/2019 à 15:30


Australie: quand des marsupiaux meurent d'intenses accouplements


AFP

Les rapports sexuels très intenses de minuscules marsupiaux vivant uniquement dans le nord-ouest de l'Australie seraient à l'origine de la mort prématurée d'une génération entière de mâles, ont rapporté vendredi des chercheurs.

Des spécialistes des kalutas - des marsupiaux de la taille d'une souris que l'on ne trouve que dans la région aride de Pilbara (Australie-Occidentale) - affirment que ces rapports sexuels excessifs font chuter leur système immunitaire, entraînant un fort taux de mortalité de l'espèce.

Les femelles kalutas s'accouplent de manière fréquente et avec des mâles différents au cours de chaque saison de reproduction.

"Cela signifie que les mâles doivent aussi beaucoup s'accoupler et avoir du sperme de bonne qualité (et en quantité) afin de surpasser leurs rivaux masculins", a expliqué Genevieve Hayes, qui a dirigé l'équipe de recherche de l'Université d'Australie-Occidentale.

Les scientifiques pensent qu'il s'agit d'un rare exemple de "sémelparité masculine" qui est le fait de n'avoir, au cours d'une vie, qu'un seul cycle de reproduction. Ces mammifères meurent donc souvent avant la naissance de leur progéniture.

"Des mâles ont été capturés régulièrement et en nombre tout au long de l'étude, sauf immédiatement après la saison des amours", a expliqué Mme Hayes.

Ces captures, "couplées à d'autres recherches sur le terrain et en laboratoire, laissent fortement penser que les mâles meurent après la saison des amours", selon la chercheuse.

Pour autant, ce "comportement d'accouplement extrême" n'empêche pas l'espèce des kalutas de bien se porter, soulignent les chercheurs.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
Dans les gorges de l'Ardèche, une virginité retrouvée mais éphémère ?
Lait, vin, pommes de terre: que faire des excédents de la crise du coronavirus?
Coronavirus: au Moyen-Orient, gants et masques polluent villes et nature
Le fonds souverain de la Norvège bannit des géants miniers et énergétiques
Brésil: à plus de 50 ans, une nouvelle vie pour une éléphante
L'Amazonie est un réservoir à virus, dit un chercheur brésilien
Sécheresse catastrophique en République tchèque, selon le ministère de l’Environnement
Besoin de soutien: les adoptions d'animaux s'envolent aux Etats-Unis
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.045 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.