ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 17 Octobre 2019

SANTE - Publié le 06/09/2019 à 15:22


Cryothérapie: peu de bénéfices avérés mais des effets secondaires bien réels


AFP

La cryothérapie, technique qui consiste à exposer le corps à un froid intense pour traiter des douleurs ou des inflammations, n'offre que des bénéfices "modestes" mais comporte des risques bien réels, comme les brûlures, selon un rapport de l'Inserm.

Les résultats montrant un effet positif de la cryothérapie "sont modestes et mesurés uniquement à très court terme", selon ce rapport rendu public jeudi, dont les auteurs se basent sur les études publiées sur le sujet. Des études dont, en outre, "la qualité méthodologique (...) laisse beaucoup à désirer", selon eux.

Dans le cadre d'une cryothérapie ("thérapie par le froid"), le sujet est placé pendant 2 à 3 minutes dans des chambres ou des cabines dont la température peut descendre sous -110°C. Dans certains cas, la tête est exposée au froid, dans d'autres non.

"À l'origine destinée aux sportifs de haut niveau, afin de prévenir ou traiter les douleurs musculaires après l'exercice, cette pratique est désormais proposée dans le cadre de maladies inflammatoires ou neurologiques, voire en dehors de tout contexte pathologique", souligne l'Inserm.

Problème: "La cryothérapie corps entier pose d'authentiques problèmes de sécurité", selon le rapport, qui pointe "des effets secondaires bien réels". Parmi eux, des "brûlures locales au 1er ou 2e degré", des maux de tête ou des "urticaires chroniques au froid".

A l'extrême, "un cas de dissection de l'aorte abdominale" (déchirure de cette artère, qui constitue une urgence vitale) a même été décrit.

Le rapport appelle à des études plus poussées et une meilleure évaluation de la cryothérapie.

"Des mécanismes biologiques sont régulièrement proposés pour expliquer l'effet bénéfique du froid sur le corps. Ces explications sont diversement convaincantes et ne sont, en tous cas, pas suffisantes", selon ces travaux du Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des populations (CESP) de l'Inserm.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
La congélation embryonnaire serait associée à un poids plus élevé à la naissance
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Beauté des ongles, mais risques pour la santé
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais pas forcément en bonne santé
Journée mondiale de la santé mentale : une campagne pour en finir avec les idées reçues sur la dépression
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.178 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.