ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 17 Octobre 2019

SANTE - Publié le 05/09/2019 à 16:16


Moelle osseuse : agence cherche donneurs, pour augmenter les chances de greffe


AFP

"Chaque nouveau donneur inscrit" sur le registre de donneurs de moelle osseuse "représente un espoir supplémentaire de guérison pour les patients", a expliqué jeudi l'Agence de la biomédecine, pour inciter les Français à faire cette démarche.

En effet, plus les registres de donneurs compteront d'inscrits, plus les malades en attente d'une greffe auront de probabilité de trouver un donneur compatible, a souligné l'organisme, dans un communiqué publié en amont de la journée mondiale pour le don de moelle osseuse, le 21 septembre.

Environ 2.000 personnes atteintes de maladies graves comme des leucémies, des lymphomes (cancer du système lymphatique) ou des maladies du sang ont besoin d'une greffe de moelle osseuse chaque année en France.

Or, en dehors de la fratrie, la probabilité de trouver un donneur parfaitement compatible est très faible: "seulement d'une chance sur un million, en moyenne", selon l'Agence de la biomédecine.

Le registre français des donneurs de moelle osseuse "a passé en juillet 2019 le cap des 300.000 inscrits", contre 221.000 personnes début 2014.

Et "près de 36 millions de donneurs sont inscrits et mobilisables dans le monde", ajoute l'agence, puisque le don de moelle a la particularité de faire appel à "la solidarité internationale", avec une "interconnexion entre les registres" de 73 pays.

Ainsi, "en 2018, 76 donneurs inscrits sur le registre français ont été prélevés pour des patients internationaux de 19 pays", principalement les Etats-Unis, l'Allemagne et l'Angleterre.

Toute personne "entre 18 et 50 ans" et qui est "en parfaite santé" peut s'inscrire, après un questionnaire médical et une prise de sang ou un prélèvement salivaire.

Mais l'Agence de biomédecine veut convaincre en particulier les "donneurs masculins et jeunes".

En effet, "plus un donneur s'inscrit jeune, plus il reste longtemps sur le registre et plus il a de chance de pouvoir aider un malade".

Et par ailleurs, les cellules de moelle osseuse prélevées chez des hommes sont mieux tolérées par les patients et offrent de meilleures chances de succès, explique l'agence. Cette différence s'explique par l'absence des anticorps naturellement développés par les femmes pendant la grossesse, qui complique la bonne tolérance de la greffe.

Or aujourd'hui, le registre des donneurs comporte 64% de femmes et 62% de plus de 35 ans.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
La congélation embryonnaire serait associée à un poids plus élevé à la naissance
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Beauté des ongles, mais risques pour la santé
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais pas forcément en bonne santé
Journée mondiale de la santé mentale : une campagne pour en finir avec les idées reçues sur la dépression
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.