ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 04/09/2019 à 15:50


Le royaume du Lesotho, pionnier africain du cannabis médicinal


AFP

Sur les hauteurs de la ville de Marakabei, au Lesotho, se dressent d'énormes serres, à l'abri des regards. L'entreprise Medigrow en a déjà construit dix-huit. A l'intérieur ni fruits, ni légumes, mais des centaines de mètres de plants de cannabis.

"Nous avons trois rangées qui contiennent chacune 1.200 plants. Sur toute l'infrastructure, ça nous en fait 3.600", explique fièrement Albert Theron, le responsable de la production.

Le cannabis qui y pousse est légal et dûment réglementé.

Il y a deux ans, le Lesotho, petit royaume de 2,1 millions d'habitants enclavé au cœur de l'Afrique du Sud, a décidé de miser sur ce nouvel eldorado en devenant le premier pays africain à autoriser la culture du cannabis médicinal.

Selon la loi, ses graines sont largement épurées: le cannabis médicinal ne peut contenir plus de 0,03% de tétrahydrocannabinol (THC), l'agent psychoactif du cannabis; il contient quasiment uniquement du cannabidiol (CBD), substance non-psychoactive.

Installée au Lesotho, l'entreprise Medigrow a investi 17,4 millions d'euros dans son site des environs de la capitale Maseru et construit actuellement un héliport pour transporter son "or vert" de façon plus rapide et plus sécurisée, affirme son chef des opérations, Relebohile Liphoto.

Un investissement important, en phase avec les perspectives de développement du marché du cannabis à usage médical, qui sont colossales. Aujourd'hui estimé à 150 milliards de dollars (135 milliards d'euros), il pourrait atteindre en 2028 les 272 milliards de dollars (248 milliards d'euros), estime la banque Barclays.

"A l'heure actuelle, nous avons près de 2.000 kilos de biomasse et nous allons produire plus de 1.000 litres d'huile de CBD", confie M. Liphoto à propos de son exploitation au Lesotho. "Selon l'état du marché, on peut vendre un litre d'huile de cannabis entre 6.000 et 21.000 dollars".

- Priorité aux étrangers -

"C'est une énorme opportunité pour le pays", assure à l'AFP la vice-ministre de la Santé Manthabiseng Phohleli.

Le Lesotho, frappé par le chômage, par une épidémie de sida qui touche 23% de sa population et confronté à un manque criant de services publics, fait partie des pays les plus pauvres de la planète, au 159e rang sur 189 du classement du développement humain de l'ONU.

Le fait d'avoir autorisé la culture du cannabis médicinal "attire les investisseurs" au Lesotho, se réjouit Mme Phohleli, qui souligne qu'"une dizaine d'entreprises oeuvrent déjà sur le territoire".

Cultiver cet or vert a un prix: une licence annuelle de 30.000 euros à verser à l'Etat, renouvelable chaque année.

Cette somme, considérable pour les entreprises du pays à l'aune de la fragile économie du Lesotho, a jusque-là permis aux sociétés étrangères - notamment canadiennes et américaines - de dominer le marché.

Les agriculteurs locaux, en revanche, sont largement exclus de ce marché.

Mothiba Thamae, 38 ans, cultive des pommes, des pêches et du raisin sur ses 7,5 hectares depuis plus de vingt ans et aurait bien aimé profiter lui aussi de cette manne. "Nous pensions nous lancer dans le cannabis lorsqu'il a été légalisé. Mais la licence est bien trop chère pour nous", dit-il.

Une frustration. "On espérait que le gouvernement donnerait une opportunité aux petits fermiers Basotho (l'ethnie locale) d'en cultiver légalement. Malheureusement, non".

Le petit pays d'Afrique australe est surnommé "le Royaume du Ciel" car il est le seul au monde dont toutes les terres se trouvent à plus de 1.400 mètres d'altitude.

- "Du bonus" -

Il bénéficie d'un ensoleillement important réparti tout au long de l'année et de terres fertiles, des conditions idéales pour la culture du cannabis.

Dans les campagnes, les habitants n'ont d'ailleurs pas attendu la légalisation: ils font pousser depuis des siècles la "matekoane", le cannabis en langue Sesotho.

"La première trace historique de la présence de +matekoane+ remonte au XVIe siècle, selon le chercheur Laurent Laniel, de l'European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction. "Les Koena se seraient installés au Lesotho vers 1550 en achetant des terres contre de la marijuana."

Encore aujourd'hui, cette culture assure une part importante des revenus de beaucoup de petits agriculteurs.

Shasha possède une plantation de maïs dans le centre du pays. Entre les épis, il cultive illégalement du cannabis depuis une vingtaine d'années. "Les légumes nourrissent ma famille. L'argent du cannabis, c'est du bonus, ça me permet de survivre, de payer l'école à mes enfants", confie cet agriculteur, sous le couvert de l'anonymat.

Il peut compter sur de nombreux contrebandiers pour écouler sa marchandise.

Jama est l'un d'eux. "Tous les mois, je peux passer jusqu'à 80 kilos de l'autre côté" de la frontière avec l'Afrique du Sud, se targue-t-il, "ça me rapporte entre 400 et 500 euros".

L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime que 70% du cannabis en Afrique du Sud provient des montagnes du "Royaume du Ciel" où, ajoute-t-il, "la marijuana est la troisième source de revenus".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.