ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Novembre 2019

SANTE - Publié le 29/08/2019 à 15:32


Listes blanches, bouche-à-oreille: la communauté LGBTI s'organise pour trouver des médecins bienveillants


AFP

Annuaires informels de médecins sensibilisés, bouche-à-oreille, recommandations d'associations... les personnes LGBTI, parfois confrontées à des médecins discriminants, créent leurs propres réseaux pour trouver des professionnels de santé bienveillants.

"C'est important pour nous de savoir qu'il y a des médecins qui nous respectent dans notre identité et ne vont pas forcément nous voir comme une bête de foire", témoigne auprès de l'AFP Fleur Dupuy, jeune femme trans et lesbienne de 22 ans qui a pu trouver un endocrinologue grâce à la Base de données trans (BDDTrans).

"Du point de vue d'une personne trans, un médecin +safe+ (sûr, ndlr) c'est un médecin qui va respecter mon genre, mon identité. Il va m'informer des différents traitements mais ne va pas m'en imposer", ajoute l'étudiante en sociologie qui a commencé sa transition médicale il y a un an.

Transition de genre, ambiguïté des organes génitaux chez les personnes intersexes, parcours de PMA pour un couple de lesbiennes... les personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bis, trans et intersexes) sont plus vulnérables face au corps médical.

Plus de la moitié des personnes LGBTI se sont déjà senties discriminées par un professionnel de santé, selon une étude parue en janvier 2018 qui s'est focalisée sur la cancérologie, la santé des mineurs et la bariatrie (branche de la médecine qui s'intéresse à l'obésité).

"Quand on va voir son médecin il faut qu'on puisse tout lui dire. On ne peut pas être bien soigné si on cache des choses à son médecin", estime Stéphane Cola, coordinateur du site medecins-gay-friendly qui recense 450 médecins "sensibilisés aux questions de genre et d'orientation sexuelle".

Lui-même victime d'un médecin homophobe qui a dévoilé son homosexualité à ses parents il y a plusieurs années, il raconte qu'il "ne se passe pas un jour sans qu'on ne soit conforté dans l'idée que ce réseau est légitime et indispensable". Pour lui, le principal risque est que les personnes LGBTI arrêtent de se soigner.

"Le gros de la demande c'est le médecin généraliste et en deuxième le psy", précise Stéphane Cola.

- "Liste blanche" -

Être face à un médecin "bienveillant" et "sensibilisé" peut aussi changer une vie. Barbara Rickenmann et son épouse ont choisi de faire une PMA à l'étranger grâce à un gynécologue qui leur a dit qu'il accepterait de les suivre et leur a conseillé une clinique à Barcelone.

Rassurée par ce gynécologue, elle a créé une "fiche" sur Gynandco afin de le recommander à d'autres lesbiennes. Ce site répertorie des professionnels de santé "féministes", mais également "lesbian-friendly", "gay-friendly" ou encore "transfriendly" (sensibilisés aux thématiques liées aux lesbiennes, aux gays et aux trans, ndlr), alimenté par les commentaires de patients.

"Possibilité d'aborder la question de la transition sans tabou, pas de questions déplacées sur mon état civil ni sur les opérations génitales désirées ou non, effectuées ou non. Très à l'écoute et compréhensif sur mon souhait de garder mon utérus et mes ovaires", témoigne par exemple un patient sous la "fiche" d'un gynécologue.

Les associations de défense des personnes LGBTI jouent également un rôle essentiel dans la mise en relation avec des praticiens de santé.

Stop Homophobie est partenaire de médecins-gay-friendly, SOS Homophobie renvoie régulièrement vers l'association Psygay, alors que l'association Ouest Trans, le Centre LGBTI de Rennes et le Planning Familial d'Ille-et-Villaine font partie du réseau santé trans qui met en lien professionnels de santé et personnes trans.

"On est en train de dresser une liste blanche" qui pour l'heure est "relativement maigre", indique de son côté le Collectif Intersexes et Allié.e.s qui reproche une méconnaissance et une pathologisation de l'intersexuation, soit le fait de posséder, à la naissance, des caractéristiques sexuelles aussi bien féminines que masculines.

Pour beaucoup de personnes LGBTI, le "bouche-à-oreille" reste la manière la plus sûre de trouver un médecin. "C'est le premier réseau +safe+ (sûr)", estime Fleur, qui a pu trouver un psychologue grâce aux recommandations d'amis.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.086 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.