ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Novembre 2019

SANTE - Publié le 29/08/2019 à 15:12


Les smartphones n'augmenteraient pas les risques de dépression des adolescents


AFP

Contre toute attente, des chercheurs américains ont montré que l'utilisation des nouvelles technologies connectées, sur smartphones et tablettes, n'était peut-être pas un facteur de dépression chez les jeunes.

Cette étude, menée par des chercheurs des universités américaines de Californie (Irvine, Greensboro), d'Indiana (Purdue) et de Pennsylvanie, a suivi 388 jeunes âgés de dix à quinze ans. Ils ont mesuré leur utilisation de technologie numérique pour évaluer si cette dernière était liée à des symptômes de maladies mentales au cours de la pré-adolescence et de l'adolescence.

Les chercheurs ont suivi l'utilisation qu'ils faisaient de leur smartphone plusieurs fois par jour deux semaines durant et ont demandé aux adolescents d'auto-évaluer leurs symptômes de maladies mentales trois fois par jour.

Leurs résultats, parus dans la revue Clinical Psychological Science, ont montré que les ados qui utilisaient plus souvent ces technologies n'étaient pas plus susceptibles de développer des troubles de la santé mentale (comme la dépression) que ceux qui utilisaient moins souvent leur smartphone.

Il ressort même de cette étude que les jeunes personnes suivies ne souffraient pas de troubles plus conséquents les jours où ils passaient plus de temps sur leur smartphone et leur tablette. Les scientifiques ont même trouvé que les adolescents qui risquaient le plus de souffrir de problèmes mentaux n'enregistraient pas d'augmentation de risques de ces symptômes les jours où ils utilisaient plus cette technologie.

De plus, lorsqu'une association était trouvée entre l'utilisation des technologies digitales et la santé mentale, elle était faible et elle allait même à l'opposé des attentes des scientifiques. Par exemple, les ados qui rapportaient envoyer plus de SMS au cours de l'étude se disaient moins déprimés que ceux qui n'envoyaient pas autant de messages texte.

"Il est peut-être temps que les adultes arrêtent de se disputer pour savoir si les smartphones et les réseaux sociaux sont bons ou mauvais pour la santé mentale des ados et qu'ils commencent à trouver des solutions pour les soutenir au mieux dans leur vie en ligne et en dehors", a commenté la chercheuse Candice Odgers.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.