ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 29/08/2019 à 15:12


Les smartphones n'augmenteraient pas les risques de dépression des adolescents


AFP

Contre toute attente, des chercheurs américains ont montré que l'utilisation des nouvelles technologies connectées, sur smartphones et tablettes, n'était peut-être pas un facteur de dépression chez les jeunes.

Cette étude, menée par des chercheurs des universités américaines de Californie (Irvine, Greensboro), d'Indiana (Purdue) et de Pennsylvanie, a suivi 388 jeunes âgés de dix à quinze ans. Ils ont mesuré leur utilisation de technologie numérique pour évaluer si cette dernière était liée à des symptômes de maladies mentales au cours de la pré-adolescence et de l'adolescence.

Les chercheurs ont suivi l'utilisation qu'ils faisaient de leur smartphone plusieurs fois par jour deux semaines durant et ont demandé aux adolescents d'auto-évaluer leurs symptômes de maladies mentales trois fois par jour.

Leurs résultats, parus dans la revue Clinical Psychological Science, ont montré que les ados qui utilisaient plus souvent ces technologies n'étaient pas plus susceptibles de développer des troubles de la santé mentale (comme la dépression) que ceux qui utilisaient moins souvent leur smartphone.

Il ressort même de cette étude que les jeunes personnes suivies ne souffraient pas de troubles plus conséquents les jours où ils passaient plus de temps sur leur smartphone et leur tablette. Les scientifiques ont même trouvé que les adolescents qui risquaient le plus de souffrir de problèmes mentaux n'enregistraient pas d'augmentation de risques de ces symptômes les jours où ils utilisaient plus cette technologie.

De plus, lorsqu'une association était trouvée entre l'utilisation des technologies digitales et la santé mentale, elle était faible et elle allait même à l'opposé des attentes des scientifiques. Par exemple, les ados qui rapportaient envoyer plus de SMS au cours de l'étude se disaient moins déprimés que ceux qui n'envoyaient pas autant de messages texte.

"Il est peut-être temps que les adultes arrêtent de se disputer pour savoir si les smartphones et les réseaux sociaux sont bons ou mauvais pour la santé mentale des ados et qu'ils commencent à trouver des solutions pour les soutenir au mieux dans leur vie en ligne et en dehors", a commenté la chercheuse Candice Odgers.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.