ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 16/08/2019 à 13:58


Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété


AFP

Une nouvelle étude américaine suggère que combiner opiacés et cannabis pour gérer les douleurs chroniques pourrait traduire une consommation problématique d'alcool, de tabac, de sédatifs ou de cocaïne.Aux Etats-Unis, la crise des opiacés continue de faire des ravages.

En 2017, 47 600 décès ont été attribués à une surdose d'opiacés, selon les Centres de contrôle des maladies (CDC). Ces médicaments qui contiennent des dérivés de l'opium sont généralement consommés pour soulager les douleurs chroniques.

A ce titre, l'usage du cannabis, et plus précisément du cannabidiol, peut représenter une alternative efficace pour réduire la consommation d'opiacés. Une dizaine d'Etats américains a légalisé le cannabis à usage récréatif, comme le Colorado ou la Californie. Ces Etats enregistrent une réduction d'au moins 20% des décès par overdose aux opiacés, d'après une étude publiée mercredi 7 août dans le journal Economic Inquiry.

Mais que se passe-t-il pour les patients qui combinent les deux solutions ? C'est la question que s'est posée Andrew Rogers, doctorant à l'université de Houston (Texas, Etats-Unis). "Il est important de noter que la co-consommation de substances est généralement associée à de moins bons résultats que la consommation d'une seule substance, mais peu de travaux ont examiné l'impact de la co-consommation d'opioïdes et de cannabis", souligne le doctorant. 

Une consommation plus importante d'alcool et de tabac chez les fumeurs de cannabis

Publiée dans le Journal of American Medicine, sa recherche a porté sur 450 adultes qui ont subi des douleurs intenses à modérées pendant plus de trois mois. L'objectif était d'analyser l'usage unique d'opiacés, comparativement à l'usage combiné d'opiacés et de cannabis, en tenant compte de la douleur, de l'état de santé mentale du patient et de son éventuelle consommation d'autres substances psychoactives. 

L'étude a été réalisée sous la supervision de Michael Zvolensky, Hugh Roy et Lillie Cranz Cullen, professeurs de psychologie à l'université de Houston. L'analyse montre que, comparé aux patients qui ne consomment que des opiacés, la co-consommation d'opiacés et de cannabis était associée à des symptômes élevés d'anxiété et de dépression, ainsi qu'à des problèmes de consommation de tabac, d'alcool, de cocaïne et de sédatifs. 

"Ces résultats mettent en évidence une population vulnérable de consommateurs de plusieurs substances qui souffrent de douleur chronique et indiquent la nécessité d'une évaluation et d'un traitement plus complets de la douleur chronique", conclut Andrew Rogers. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.