ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 10 Décembre 2019

SEXO - Publié le 05/08/2019 à 16:13


Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus


AFP

Une étude israélienne suggère que les patients victimes d'un infarctus aigu du myocarde auraient 27% fois plus de chances de survivre dans les deux décennies suivant leur accident en ayant des rapports sexuels plus d'une fois par semaine. 

Publiée dans The American Journal of Medicine, l'étude a porté sur une cohorte de 1.120 hommes et femmes âgés de moins de 65 ans au moment de leur crise cardiaque. Pris en charge dans huit hôpitaux d'Israël de 1992 à 1993 au moment de leur infarctus, les patients ont été suivis jusqu'en 2015 dans le cadre de l'étude. Au cours de cette période, 524 personnes ont trouvé la mort.

Les patients ont spécifié la fréquence de leurs rapports sexuels lors de leur séjour à l'hôpital, puis sur une période de 10 à 13 ans. Au début de l'étude, 42% des patients ont déclaré une fréquence des rapports sexuels supérieure à une fois par semaine, tandis que 6% ont déclaré n'avoir aucune activité sexuelle. 

"Le manque de partenaire et les problèmes médicaux non cardiaques étaient les raisons les plus souvent invoquées pour expliquer l'abstinence sexuelle de 10 à 13 ans après l'infarctus", précisent les auteurs.

Les personnes qui ont eu des rapports sexuels plus d'une fois par semaine étaient 27% moins susceptibles de mourir, comparées à celles qui ont déclaré une absence de vie sexuelle au cours de l'année précédant leur crise cardiaque. 

Celles qui ont eu des relations sexuelles plus d'une fois par semaine au cours de l'année précédant leur crise cardiaque étaient en moyenne plus jeunes (49 ans) que les personnes qui n'avaient eu aucune relation sexuelle pendant toute l'année précédant leur infarctus dont l'âge moyen est de 58 ans. 

Pour mesurer l'impact du lien entre vie sexuelle régulière et chances de survies accrues, les chercheurs ont ajusté ces résultats à d'autres facteurs tels que la situation socio-économique, l'hygiène de vie et l'état de santé général des patients.

"Des évaluations répétées de l'activité sexuelle après un infarctus du myocarde ont révélé une association inverse avec la mortalité, qui n'était que partiellement attribuable aux facteurs de confusion potentiels mesurés", en concluent les auteurs.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants transgenres se sentent autant garçons ou filles que les enfants non trans
Sensibiliser les enfants au concept de la non-binarité pourrait réduire les préjugés à l'école, suggère une étude
Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
Non, les hommes ne sont pas les seuls à aimer le porno
Règles: les coupes menstruelles, option sûre, efficace et économique
Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.