ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 7 Juillet 2020

SANTE - Publié le 01/08/2019 à 01:30


L'électrosensibilité, un syndrome controversé


Relaxnews

Maux de tête, problèmes de sommeil, nausées... Les électrosensibles assurent souffrir de nombreux troubles dus aux ondes et aux champs électromagnétiques, comme ceux du compteur Linky, mais la science n'a jamais prouvé l'existence de ce syndrome très controversé.

L'électrohypersensibilité (EHS) fait débat. D'un côté, une communauté médicale sceptique face à une supposée pathologie qui ne se définit que par l'autodéclaration des personnes qui disent en souffrir. De l'autre, des personnes qui mettent en avant des symptômes handicapants.

Ces symptômes sont multiples: fatigue, irritabilité, maux de tête, baisse d'appétit, bouffées de chaleur... Les électrosensibles les attribuent à leur exposition aux ondes des téléphones portables, antennes relais, wifi, ou aux champs électromagnétiques comme ceux qu'émettent les compteurs Linky.

En mars 2018, l'Anses a publié un rapport qui a marqué une inflexion dans la manière d'appréhender ce phénomène. Sans avancer de cause, l'agence sanitaire a reconnu que les électrosensibles souffraient et que cette souffrance devait être prise en charge.

"Il n'existe pas de critères de diagnostic de l'EHS validés à ce jour", souligne cet avis. Mais "quoi qu'il en soit, les plaintes (douleurs, souffrance) formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue".

L'un des éléments-clés du débat sur l'électrosensibilité est l'effet nocebo. Cet effet est l'équivalent du placebo, en négatif: la crainte que l'exposition à un médicament ou à des facteurs environnementaux soit nuisible produit chez le sujet un effet négatif bien réel, par le biais de mécanismes psychologiques.

Dans son rapport, l'Anses a jugé que cet effet nocebo jouait "certainement un rôle non négligeable dans la persistance de l'EHS", mais a ajouté qu'il n'excluait pas "une affection organique non identifiée".

Ce dernier point a été salué comme une avancée par les associations d'électrosensibles.

Toutefois, l'agence sanitaire s'est bien gardée de répondre à la principale demande de ces associations: la reconnaissance d'une responsabilité des ondes dans les troubles constatés.

"Aucune preuve expérimentale solide ne permet actuellement d'établir un lien de causalité entre l'exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant EHS", ont conclu les experts de l'Anses, qui ont examiné l'ensemble de la littérature disponible sur le sujet.

Ainsi, les études de "provocation", qui consistent à soumettre les sujets aux ondes en laboratoire, ne mettent pas en évidence l'apparition de symptômes ni de capacité des électrosensibles à percevoir les champs magnétiques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des neuroscientifiques expliquent d'où vient le sentiment de solitude
Endométriose : des conséquences importantes sur la vie sociale et professionnelle des patientes
Augmenter sa consommation de vitamine K pour vivre plus longtemps ?
Avoir des personnes à charge aurait un impact sur la santé et la productivité au travail
Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.