ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 20/07/2019 à 12:48


Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans


AFP

Aucun suspense cette fois-ci, mais des souvenirs toujours palpitants: il y a 50 ans jour pour jour samedi, les Américains Neil Armstrong et Buzz Aldrin se posaient sur la Lune, suivis à la télévision par un demi-milliard de Terriens.

L'heure exacte de l'alunissage du module lunaire, aussi appelé "LEM" et baptisé Eagle, fut 20H17 GMT le 20 juillet 1969.

Un peu plus de six heures plus tard, à 02H56 GMT - en pleine nuit en Europe, un lundi matin à 03H56 à l'époque en France - le commandant Armstrong posait le premier pied, le gauche, sur la Lune, et prononçait la célèbre phrase: "C'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité".

La Nasa est en surchauffe depuis des semaines pour célébrer l'anniversaire, avec quantité d'expositions et d'événements notamment dans les centres spatiaux de Floride (Kennedy) et de Houston au Texas (Johnson).

Samedi, faute de Donald Trump, c'est le vice-président Mike Pence qui prononcera un discours depuis le centre Kennedy, d'où décollèrent Armstrong, Aldrin et Michael Collins, le troisième coéquipier qui resta en orbite de la Lune. Tous sont nés en 1930.

Le dernier discours sur l'espace de Mike Pence, chargé par Donald Trump du dossier spatial, fit l'effet d'un électrochoc à la vieille agence: en mars, il avait subitement annoncé un raccourcissement de quatre ans du calendrier pour le retour d'astronautes sur la Lune, faisant passer la date-butoir de 2028 à 2024.

C'est dans ce contexte tendu, alors que Donald Trump lui-même dit à haute voix qu'il préférerait aller directement sur Mars, que se déroule l'anniversaire d'Apollo 11.

- Regard sur la Terre -

Malgré ses 88 ans, Michael Collins est le plus actif des vétérans d'Apollo, et le plus poétique lorsqu'il évoque ses souvenirs de la Lune.

"Quand nous sommes partis et l'avons vue, oh, quelle sphère imposante", a raconté l'ancien pilote et astronaute jeudi soir à Washington, lors d'une conférence à l'université George Washington.

"Le Soleil était derrière elle, donc elle était illuminée d'un cercle doré qui rendait les cratères vraiment étranges, en raison du contraste entre le plus blanc des blancs, et le plus noir des noirs".

"Aussi splendide et impressionnante fût-elle, ce n'était rien par rapport à ce qu'on voyait par l'autre hublot", a-t-il poursuivi. "Là-bas, se trouvait ce petit pois de la taille d'un pouce au bout de votre bras, une magnifique petite chose nichée dans le velours noir du reste de l'univers".

"J'ai dit au centre de contrôle: +Houston, je vois le monde dans mon hublot+".

C'est le message de Michael Collins, et de tant de ceux qui se sont arrachés à l'atmosphère terrestre: la conquête de l'espace change le regard des hommes sur la Terre.

Notre monde est "fragile", a martelé l'ancien astronaute.

Lui, par ailleurs, l'a dit à Donald Trump vendredi, lors d'une rencontre dans le Bureau ovale: il est favorable à une mission directe vers Mars, sans retourner sur la Lune.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Jour J pour la mission lunaire indienne Chandrayaan-2
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.