ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

SANTE - Publié le 17/07/2019 à 21:15


AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année


AFP

Une étude américaine montre que le fait de réduire de 15 minutes le début du traitement d'un patient victime d'AVC pourrait augmenter les chances de survie et réduire les séquelles pour des milliers de patients. 

Selon une nouvelle étude publiée dans la JAMA, soigner un patient victime d'un accident vasculaire ischémique 15 minutes plus rapidement pourrait sauver des vies et prévenir le handicap. Pour parvenir à ces conclusions, des chercheurs américains de l'université de Californie à Los Angeles ont analysé, en collaboration avec cinq instituts américains et canadiens, les données de 6.756 personnes ayant subi un AVC. L'âge médian des patients était de 71 ans et 51,2 % étaient des femmes.

Les chercheurs ont examiné l'efficacité du traitement endovasculaire- prescrit pour les accidents vasculaires ischémiques qui sont causés par un blocage dans une des artères majeures du cerveau- en fonction de l'intervalle entre l'arrivée à l'hôpital des patients et le début de leur traitement. 

Les auteurs de l'étude ont constaté que le délai médian entre l'apparition des symptômes et la prise en charge du patient à l'hôpital était de trois heures et 50 minutes et d'une heure et 27 minutes entre l'arrivée des patients à l'hôpital et la prise en charge. 

Une prise en charge plus ou moins rapide selon les horaires d'arrivée à l'hôpital

Les résultats montrent que réduire le temps d'attente de 15 minutes a permis de sauver la vie de 15 personnes par tranches de mille patients. Dix-sept autres patients ont pu quitter l'hôpital sans assistance, tandis que 22 ont pu se soigner eux-mêmes après leur séjour à l'hôpital. 

"D'après les résultats de l'étude, le fait de réduire de 15 minutes la durée du traitement pourrait potentiellement améliorer les résultats pour des milliers de personnes chaque année", en conclut le Dr Reza Jahan, qui a co-dirigé l'étude.

L'étude montre également une administration tardive de traitement chez les patients victimes d'AVC "en dehors" des heures de service des hôpitaux, c'est-à-dire le matin avant 7h et le soir après 18h ou pendant les week-ends et les vacances. 

"Nous essayons d'améliorer le traitement grâce à une meilleure ressource en personnel en dehors des heures de travail et à un acheminement plus rapide des médecins à l'hôpital lorsqu'ils sont de garde. Les patients qui arrivent à l'hôpital à 2 heures du matin ne devraient pas être traités différemment de ceux qui arrivent à 14 heures", estime le Dr Jahan. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.072 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.