ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 20 Août 2019

SANTE - Publié le 17/07/2019 à 21:14


VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement


AFP

Une nouvelle étude montre que les personnes séropositives sont plus susceptibles de poursuivre leur traitement si le personnel médical qui les suit ne porte pas de jugement et implique le patient dans la prise de décision. 

Grâce au développement des traitements antirétroviraux, les personnes séropositives peuvent désormais vivre de nombreuses années avec le virus du sida et avec une charge de virus indétectable, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas le transmettre à d'autres personnes.

Mais la complexité de la maladie et le caractère invasif du traitement peuvent parfois décourager le patient. Sans compter que la peur de la stigmatisation les empêche souvent de commencer ou de poursuivre le traitement, soulignent des chercheurs de l'université Rutgers (New Jersey, Etats-Unis) qui ont réalisé une méta-analyse de 41 études publiées entre 1997 et 2017.

"Aujourd'hui, le VIH est considéré comme une maladie chronique que l'on peut traiter. Cependant, cette étude a révélé que de nombreux patients la perçoivent comme une condamnation à mort", déplore Andrea Norberg, autrice principale et directrice exécutive du Centre François-Xavier Bagnoud de l'École des sciences infirmières de Rutgers, qui fournit des soins aux personnes atteintes du VIH. 

Bannir le jargon médical

L'échantillon étudié comprenait 1.597 adultes vivant avec le VIH ainsi que des détails sur l'accompagnement fourni par différents prestataires de soins (médecins, infirmiers, pharmaciens). Toutes les personnes porteuses du virus étaient âgées de 18 à 65 ans. 

L'équipe d'Andrea Norberg a constaté que de nombreux patients étaient victimes de stigmatisation et d'un manque de compassion souvent fondé sur l'ignorance des prestataires de soins primaires au sujet du VIH et des risques de transmission. La mauvaise communication qui en résulte entre les prestataires de soins et les patients se traduit par le fait que de nombreux patients ne cherchent pas à recevoir un traitement. 

A l'inverse, les chercheurs ont constaté que les patients étaient plus enclins à suivre leur traitement lorsque leurs prestataires de soins primaires faisaient preuve d'empathie, d'écoute et de confiance. Le vocabulaire employé par les professionnels joue également un rôle important dans l'implication du patient, remarque Andrea Norberg.

"Les prestataires de soins devraient utiliser un langage commun, et non un jargon médical, pour éduquer les patients sur le VIH, les médicaments et la façon dont ils peuvent mener une vie saine. Les prestataires peuvent s'inscrire à une formation professionnelle pour améliorer leurs connaissances sur le VIH, utiliser les techniques d'entrevue motivationnelle et chercher des occasions d'apprentissage expérientiel, d'observation et de pratique en travaillant directement avec les patients atteints du VIH", conclut la chercheuse.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
La micro-sieste : où la pratiquer, comment et quels bienfaits ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Le short biomécanique, un grand pas vers le sprint du futur
42, une école française d'informatique qui bouscule les codes
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.