ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 1 Juin 2020

PLANETE - Publié le 03/07/2019 à 19:04


France: le réchauffement a rendu la canicule cinq fois plus probable


AFP

Le réchauffement de la planète à lui seul a rendu la canicule exceptionnelle qui a frappé la France la semaine dernière «au moins cinq fois plus probable» que si l'Homme n'avait pas altéré le climat, selon les analyses d'une équipe de scientifiques européens.

Un tel événement en juin est en réalité au moins 10 fois plus fréquent selon l'observation des données des 100 dernières années, mais les modèles ne permettent pas de déterminer précisément quelle est la part attribuable aux effets du changement climatique ou à d'autres facteurs, ont indiqué ces chercheurs du réseau World Weather Attribution.

«C'est au moins cinq fois plus probable en raison du changement climatique dû aux activités humaines et au moins dix fois plus probable de manière générale, quand on ajoute d'autres facteurs» comme le rôle des sols ou des îlots de chaleur urbains, a précisé Friederike Otto, du Environmental Change Institute d'Oxford.

Notant la difficulté des modèles climatiques à prendre en compte l'ensemble de ces facteurs, ils ont adopté une conclusion prudente pour la part attribuable au changement climatique.

Les scientifiques de ce réseau ont pris comme référence les trois jours consécutifs les plus chauds en juin en France, les 26, 27 et 28 juin, avec une moyenne de 27,5 °C (moyenne des températures jour et nuit sur l'ensemble du territoire métropolitain) et les ont comparé aux autres périodes consécutives de trois journées de canicule en juin depuis 1901.

Ils ont aussi noté une intensification de ces canicules. Ainsi, «en juin, il semble que les canicules se soient réchauffées de 4 °C par rapport à il y a 60 ou 100 ans», a indiqué Geert Jan van Oldenborgh, du Royal Netherlands Meteorological Institute, se montrant surpris de ces résultats.

Une canicule exceptionnelle et particulièrement intense pour un mois de juin a fait étouffer une partie de l'Europe la semaine dernière, en particulier la France qui a enregistré le 28 juin un record absolu depuis le début des mesures, avec 45,9 °C à Gallargues-le-Montueux.

De manière générale, les scientifiques se montrent réticents à attribuer au seul dérèglement climatique la survenue d'un événement météo extrême quel qu'il soit.

Toutefois, de plus en plus de recherches sont conduites pour déterminer a posteriori si un événement aurait pu ne pas se produire sans le changement climatique causé par les activités humaines.

Les chercheurs du World Weather Attribution ont décidé d'aller plus vite et de ne pas attendre la fin de certains événements lancer leurs calculs. Juste après la canicule qui avait frappé l'Europe au milieu de l'été 2018, ils avaient ainsi estimé que la probabilité de telles vagues de chaleur, ou même plus chaudes, étaient deux fois plus élevés que si l'Homme n'avait pas altéré le climat.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
Dans les gorges de l'Ardèche, une virginité retrouvée mais éphémère ?
Lait, vin, pommes de terre: que faire des excédents de la crise du coronavirus?
Coronavirus: au Moyen-Orient, gants et masques polluent villes et nature
Le fonds souverain de la Norvège bannit des géants miniers et énergétiques
Brésil: à plus de 50 ans, une nouvelle vie pour une éléphante
L'Amazonie est un réservoir à virus, dit un chercheur brésilien
Sécheresse catastrophique en République tchèque, selon le ministère de l’Environnement
Besoin de soutien: les adoptions d'animaux s'envolent aux Etats-Unis
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les lampes à UV lointains, future arme antivirus dans les lieux publics?
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Durant la pandémie, les concerts continuent, dans des jeux vidéos
Le recul s'accélère en Afrique pour la forêt, mère nourricière des plus fragiles
Réchauffement: le niveau des océans pourrait monter de 1,3 mètre d'ici 2100
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.