ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Novembre 2019

PLANETE - Publié le 03/07/2019 à 19:04


France: le réchauffement a rendu la canicule cinq fois plus probable


AFP

Le réchauffement de la planète à lui seul a rendu la canicule exceptionnelle qui a frappé la France la semaine dernière «au moins cinq fois plus probable» que si l'Homme n'avait pas altéré le climat, selon les analyses d'une équipe de scientifiques européens.

Un tel événement en juin est en réalité au moins 10 fois plus fréquent selon l'observation des données des 100 dernières années, mais les modèles ne permettent pas de déterminer précisément quelle est la part attribuable aux effets du changement climatique ou à d'autres facteurs, ont indiqué ces chercheurs du réseau World Weather Attribution.

«C'est au moins cinq fois plus probable en raison du changement climatique dû aux activités humaines et au moins dix fois plus probable de manière générale, quand on ajoute d'autres facteurs» comme le rôle des sols ou des îlots de chaleur urbains, a précisé Friederike Otto, du Environmental Change Institute d'Oxford.

Notant la difficulté des modèles climatiques à prendre en compte l'ensemble de ces facteurs, ils ont adopté une conclusion prudente pour la part attribuable au changement climatique.

Les scientifiques de ce réseau ont pris comme référence les trois jours consécutifs les plus chauds en juin en France, les 26, 27 et 28 juin, avec une moyenne de 27,5 °C (moyenne des températures jour et nuit sur l'ensemble du territoire métropolitain) et les ont comparé aux autres périodes consécutives de trois journées de canicule en juin depuis 1901.

Ils ont aussi noté une intensification de ces canicules. Ainsi, «en juin, il semble que les canicules se soient réchauffées de 4 °C par rapport à il y a 60 ou 100 ans», a indiqué Geert Jan van Oldenborgh, du Royal Netherlands Meteorological Institute, se montrant surpris de ces résultats.

Une canicule exceptionnelle et particulièrement intense pour un mois de juin a fait étouffer une partie de l'Europe la semaine dernière, en particulier la France qui a enregistré le 28 juin un record absolu depuis le début des mesures, avec 45,9 °C à Gallargues-le-Montueux.

De manière générale, les scientifiques se montrent réticents à attribuer au seul dérèglement climatique la survenue d'un événement météo extrême quel qu'il soit.

Toutefois, de plus en plus de recherches sont conduites pour déterminer a posteriori si un événement aurait pu ne pas se produire sans le changement climatique causé par les activités humaines.

Les chercheurs du World Weather Attribution ont décidé d'aller plus vite et de ne pas attendre la fin de certains événements lancer leurs calculs. Juste après la canicule qui avait frappé l'Europe au milieu de l'été 2018, ils avaient ainsi estimé que la probabilité de telles vagues de chaleur, ou même plus chaudes, étaient deux fois plus élevés que si l'Homme n'avait pas altéré le climat.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
Les coraux des Caraïbes en danger de mort
Climat: plus vite, plus haut que prévu pour les océans?
Le pirarucu, poisson géant d'Amazonie prisé par les gastronomes
L'oiseau le plus bruyant du monde crie pour trouver l'amour
Un louveteau affaibli prend ses quartiers dans une station de ski des Alpes-Maritimes
Les dauphins roses d’Amazonie contaminés au mercure
Un insecte nommé Greta
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le voyage périlleux des tortues de mer nées sur les côtes grecques
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.