ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Septembre 2019

SANTE - Publié le 28/06/2019 à 15:36


Les femmes matinales pourraient avoir un risque plus faible de cancer du sein


AFP

Une vaste étude menée par une équipe internationale de chercheurs a montré que les lève-tôt pourraient enregistrer un risque moindre de développer un cancer du sein par rapport aux femmes qui seraient plus "du soir".

Cette étude, menée par des scientifiques britanniques, américains, français et norvégiens, a pris en compte des données concernant 180.216 femmes suivies de la cadre du UK Biobank (une étude comprenant les données génomiques de plus de 500.000 résidents du Royaume-Uni) et 228.951 femmes de l'étude Breast Cancer Association Consortium (BCAC).

En recourant à une technique appelée randomisation mendélienne (qui étudie des variantes génétiques pour voir si certains facteurs sont associés à un risque accru ou abaissé de maladie), les chercheurs ont analysé chez les femmes les variantes génétiques associées à trois traits de sommeil particuliers : une préférence pour le matin ou le soir (chronotype), la durée du sommeil et les insomnies. 

Comme la randomisation mendélienne donne des résultats plus fiables, si une association est trouvée, elle est plus susceptible de suggérer une relation directe.

Les résultats, repris par la revue The BMJ le 26 juin, ont montré des preuves cohérentes sur le fait qu'être matinale était associé à un risque plus faible de développer un cancer du sein, par rapport aux femmes moins matinales. 

Les chercheurs ont aussi noté des preuves suggestives sur le fait que les personnes qui dormaient plus longtemps que les 7 ou 8 heures recommandées pouvaient voir leur risque de développer la maladie augmenter, bien que les résultats n'étaient pas clairs sur les effets des insomnies sur le risque de cancer du sein.

Les scientifiques ont ajouté que les effets des habitudes de sommeil étaient susceptibles d'être moins importants que les effets d'autres facteurs bien connus du risque du cancer du sein, comme l'indice de masse corporelle ou la consommation d'alcool.

Ils ont aussi précisé que l'étude avait aussi ses limites, surtout du fait que les données sur le sommeil provenaient des dires des femmes et non d'outils de suivi, et que les femmes étudiées étaient toutes d'origine européenne. Reste à savoir si cette étude pourra s'appliquer à d'autres groupes de personnes. Malgré ces limites, l'étude à de grandes forces comme le fait que les chercheurs ont recouru à plusieurs méthodes pour évaluer les données émanant de deux études très qualitatives.

Il a été montré par le passé que les femmes qui travaillaient de nuit pouvaient enregistrer un risque accru de cancer du sein, peut-être du fait que les horaires venaient chambouler leurs cycles de sommeil et qu'elles étaient exposées à de la lumière pendant la nuit.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Vaccins : la méfiance, virus insidieux
Une famille d'antibiotiques fréquemment prescrite pourrait être à l'origine de maladies cardiovasculaires
Ce que disent les études sur les cigarettes électroniques
Couches pour bébés: les engagements pris par les industriels globalement respectés
Cryothérapie: peu de bénéfices avérés mais des effets secondaires bien réels
Vingt années de sédentarité doubleraient le risque de décès
Moelle osseuse : agence cherche donneurs, pour augmenter les chances de greffe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
L'Etna à nouveau en éruption
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.