ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 20 Novembre 2019

RECHERCHE - Publié le 18/06/2019 à 12:50


Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie


AFP

Des scientifiques de l'université de Tampere (Finlande) ont mis au point un dispositif basé sur l'électrochirurgie afin d'aider les neurochirurgiens à identifier les tissus cancéreux pendant une opération. 

Les chercheurs à l'origine de cette étude publiée dans le Journal of Neurosurgery se sont basés sur la technique d'excision électrochirurgicale, une méthode largement utilisée en neurochirurgie qui consiste à opérer à partir d'un bistouri ou d'une lame électrique.

Lorsque les tissus sont brûlés, les molécules des tissus sont dispersées sous forme de fumée. Les scientifiques qui ont dirigé les travaux ont introduit cette fumée dans un nouveau système de mesure conçu spécifiquement pour l'étude, permettant d'identifier les tissus malins et de les distinguer des tissus sains.

Le nouveau dispositif est basé sur la spectrométrie de mobilité ionique, connecté à un système spécial d'échantillonnage de fumée, dans laquelle des ions des gaz de combustion sont envoyés dans un champ électrique. La distribution des ions dans le champ électrique va permettre d'identifier les molécules présentes dans le tissu, en mesurant son "empreinte olfactive". 

Une plus grande précision dans les excisions de tumeurs 

Au cours de l'intervention chirurgicale, un petit échantillon de la tumeur est prélevé et transmis à un pathologiste qui va l'analyser au microscope puis téléphoner au bloc opératoire pour communiquer les résultats. "L'avantage spécifique de l'équipement est qu'il peut être connecté aux appareils déjà présents dans les salles d'opération neurochirurgicales", explique Ilkka Haapala, chercheur à l'Université de Tampere et auteur principal de l'étude.

Les chercheurs ont analysé 694 échantillons de tissus prélevés sur 28 tumeurs cérébrales et des échantillons de contrôle. Les tissus ont été ensuite été classés en sept catégories. La précision du système était de 83% lorsque tous les échantillons ont été analysés. En restreignant le nombre de catégories de tissus, la précision s'est améliorée, permettant du même coup aux neurochirurgiens de réaliser une excision plus précise des tumeurs. 

"Notre nouvelle méthode offre à la fois un moyen prometteur d'identifier les tissus malins en temps réel et la possibilité d'étudier différents types de tumeurs ex vivo", souligne Ilkka Haapala.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.076 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.