ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 14/06/2019 à 13:54


Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé


AFP

Envie de vous mettre au vert ? Une étude anglaise réalisée à grande échelle montre que passer au moins deux heures par semaine dans la nature pourrait représenter un message de santé publique pour promouvoir le bien-être physique et mental.

Réalisée par des chercheurs de l'université d'Exeter (Angleterre) et publiée dans la revue Scientific Reports, l'étude se base les données de 20.000 personnes anglaises issues de l'enquête "Monitor of Engagement with the Natural Environment". Les résultats indiquent que les personnes qui passent au minimum 120 minutes par semaine dans la nature se sentent mieux dans leur corps et dans leur tête.

Ces bienfaits s'appliquent pour toutes les promenades au grand air, que ce soit dans les parcs urbains, les bois, la campagne ou la plage. Ce quota de 120 minutes peut être atteint en l'espace de plusieurs escapades dans la nature et également dans les espaces verts situés en zones urbaines, précisent les chercheurs. 

"La majorité des promenades dans la nature observées dans cette recherche ont eu lieu dans un rayon de deux kilomètres autour du domicile des personnes, ce qui signifie que les bienfaits semblent également présents dans les espaces verts urbains locaux. Deux heures par semaine est, espérons-le, un objectif réaliste pour un grand nombre, d'autant plus qu'il peut être réparti sur une semaine entière pour en tirer profit", explique le Dr Mathew P. White, professeur à la faculté de médecine de l'Université d'Exeter et auteur principal de l'étude.

Selon les chercheurs, ces résultats s'appliquent à tout le monde : les hommes, les femmes, les enfants, les seniors, les personnes appartenant à différents groupes professionnels et ethniques, ainsi que les patients souffrant de maladies chroniques.

"Les raisons pour lesquelles passer du temps dans la nature peut s'avérer bénéfique pour la santé et le bien-être psychologique sont nombreuses, à commencer par la réduction du stress et le plaisir de passer du bon temps entre amis ou en famille. Ces résultats offrent un soutien précieux aux professionnels de la santé en leur permettant de formuler des recommandations pour améliorer la santé physique et mentale de leurs patients", considère Terry Hartig, professeur à l'Université d'Uppsala (Suède) et co-auteur de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.