ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Septembre 2019

SANTE - Publié le 05/06/2019 à 02:23


Cancers du sein, du poumon et du pancréas: de nouveaux traitements encourageants


AFP

La plus grande conférence annuelle de spécialistes du cancer, organisée par la société américaine d'oncologie clinique (ASCO) se tient depuis vendredi à Chicago, avec des milliers de cancérologues venus du monde entier. Des centaines de résultats de recherche sont présentés. Voici trois principaux, sélectionnés par l'AFP.

- Cancer du sein - 

La première grande annonce, samedi, a concerné un type de cancer du sein représentant les deux tiers de tous les cas chez les femmes avant la ménopause: les cancers du sein hormonodépendants. 

Les résultats d'un essai clinique international ont montré que 70% des patientes ayant pris le comprimé de la molécule ribociclib étaient vivantes trois ans et demi après le début du traitement, contre 46% pour celles ayant pris un placebo, soit une réduction relative du risque de 29%.

Le traitement s'ajoute à une hormonothérapie (les femmes ayant pris le placebo suivaient ce traitement de base). Il est moins toxique qu'une chimiothérapie traditionnelle car il cible plus spécifiquement les cellules cancéreuses, en les empêchant de se multiplier.

"On peut en fait obtenir une meilleure réponse (...), ou mieux tuer le cancer, en ajoutant l'un de ces inhibiteurs de cycle cellulaire" en plus de l'hormonothérapie, a dit à l'AFP l'auteure principale de ces travaux, Sara Hurvitz.

- Cancer du poumon - 

Les bonnes nouvelles concernant l'immunothérapie continuent.

L'immunothérapie est une révolution en oncologie: ces traitements-là ont pour point commun de mobiliser le système immunitaire afin qu'ils attaquent les tumeurs, qui sont maîtres dans l'art de devenir invisibles pour les globules blancs.

Des centaines de molécules sont en cours de développement et beaucoup sont déjà sur le marché. Cela ne marche pas pour tous les types de cancers, ni pour tous les malades, mais chaque année des progrès sont enregistrés, parfois spectaculaires.

Samedi, à la conférence de Chicago, les résultats du plus long suivi du médicament à succès pembrolizumab (Keytruda), sur cinq ans, ont été annoncés pour des malades du cancer du poumon non à petites cellules, le type le plus commun des deux principaux.

Près du quart des malades ayant pris du Keytruda sans avoir fait de chimiothérapie auparavant étaient vivants au bout de cinq ans (et 15% pour ceux qui avaient été traités par chimiothérapie), du jamais vu, selon le laboratoire Merck/MSD: avant l'immunothérapie, le taux de survie à cinq ans pour ce type de cancer était d'environ 5%.

"La perspective uniformément négative qui était associée avec un diagnostic de cancer du poumon non à petites cellules n'est absolument plus justifiée", affirmé Edward Garon, auteur principal, professeur à l'université de Californie Los Angeles.

"Pour de plus de en plus de patients, il est vraiment remarquable que la survie ne se décompte plus en mois", dit à l'AFP un cancérologue présent à Chicago et qui n'a pas participé à cette étude, David Graham, du Levine Cancer Institute à Charlotte, en Caroline du Nord.

- Cancer du pancréas - 

Les bonnes nouvelles sont rares concernant le cancer du pancréas, l'un des plus sinistres: le patient moyen vivra moins d'un an.

Mais l'essai clinique d'une nouvelle thérapie semble prometteur: un tiers des patients étaient toujours en vie au bout de deux ans. L'annonce a été faite dimanche.

Il s'agissait cette fois de patients porteurs d'une mutation du gène BRCA, liée à une hausse du risque de plusieurs cancers dont ceux du pancréas et du sein. Cette mutation est celle qui a conduit l'actrice Angelina Jolie à une ablation préventive des deux seins.

La molécule utilisée dans l'essai clinique s'appelle l'olaparib (Lynparza, laboratoires Merck et AstraZeneca), déjà approuvée notamment pour le cancer des ovaires.

Les malades ayant pris l'anticancéreux ont stoppé la progression du cancer pendant 7,4 mois (médiane) contre 3,8 mois chez ceux qui ont pris le placebo.

Chez le quart des patients ayant vu leur tumeur se réduire, cette réduction s'est maintenue pendant plus de deux ans, dit à l'AFP l'auteure principale, Hedy Kindler, oncologue à l'hôpital de l'université de Chicago.

Il ne s'agit donc pas de guérison, mais la médecin ajoute: "on peut transformer un diagnostic fatal en maladie potentiellement chronique, au moins pendant un moment, et garder la maladie sous contrôle".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Vaccins : la méfiance, virus insidieux
Une famille d'antibiotiques fréquemment prescrite pourrait être à l'origine de maladies cardiovasculaires
Ce que disent les études sur les cigarettes électroniques
Couches pour bébés: les engagements pris par les industriels globalement respectés
Cryothérapie: peu de bénéfices avérés mais des effets secondaires bien réels
Vingt années de sédentarité doubleraient le risque de décès
Moelle osseuse : agence cherche donneurs, pour augmenter les chances de greffe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
L'Etna à nouveau en éruption
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.073 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.