ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Septembre 2019

SANTE - Publié le 29/05/2019 à 21:05


Résumer les addictions à des maladies n'aide pas les personnes concernées


AFP

Expliquer aux personnes dépendantes aux drogues ou à l'alcool qu'il existe des traitements et des moyens efficaces pour gérer leurs addictions s'avère plus productif que le simple fait de leur dire qu'elles sont malades, démontre une nouvelle étude américaine. 

Comment convaincre une personne qui présente une addiction à certaines substances comme les drogues, le tabac ou l'alcool, de "raccrocher" ? C'est la question à laquelle ont tenté deux chercheuses de l'université de Floride et de l'université de Richmont, qui ont publié une étude dans le Journal of Social and Clinical Psychology afin d'analyser la manière dont les personnes concernées réagissent lorsqu'elles sont confrontées à la description du phénomène de l'addiction.  

L'étude a recruté 214 hommes et femmes rencontrant des problèmes de dépendance. Les participants ont été divisés en deux groupes : 124 d'entre eux ont lu un article portant sur les risques et les facteurs qui peuvent contribuer à l'abus de substances et sur les multiples façons de traiter les dépendances. Les 90 autres participants ont lu un article qui se cantonnait à la description des changements qui se produisent dans le cerveau en cas de dépendance et qui comparait ce phénomène à une maladie. 

Les volontaires ont ensuite tous répondu à un sondage destiné à déterminer dans quelle mesure ils se sentaient capables de changer leur consommation d'alcool (ou autres drogues) et s'ils étaient prêts à envisager des traitements pour soigner leur dépendance.

Aborder la toxicomanie sous un angle moins stigmatisant 

Les chercheurs ont constaté que les 124 participants qui ont lu le premier article ont exprimé une plus grande confiance dans leur capacité à gérer leur dépendance, par rapport à ceux qui ont lu le second article. Les volontaires du premier groupe ont également signalé des intentions plus marquées de consulter un conseiller ou d'entamer une thérapie cognitivo-comportementale.

"Dans l'ensemble, nos observations plaident en faveur de l'abandon des messages qui relèguent la toxicomanie uniquement à la maladie alors que c'est plus compliqué. Au lieu de cela, les résultats suggèrent qu'il serait plus utile de parler des nombreuses raisons pour lesquelles les gens deviennent dépendants", considère Sarah L. Desmarais, co-autrice de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Vaccins : la méfiance, virus insidieux
Une famille d'antibiotiques fréquemment prescrite pourrait être à l'origine de maladies cardiovasculaires
Ce que disent les études sur les cigarettes électroniques
Couches pour bébés: les engagements pris par les industriels globalement respectés
Cryothérapie: peu de bénéfices avérés mais des effets secondaires bien réels
Vingt années de sédentarité doubleraient le risque de décès
Moelle osseuse : agence cherche donneurs, pour augmenter les chances de greffe
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
L'Etna à nouveau en éruption
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.084 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.