ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 29/05/2019 à 21:05


Résumer les addictions à des maladies n'aide pas les personnes concernées


AFP

Expliquer aux personnes dépendantes aux drogues ou à l'alcool qu'il existe des traitements et des moyens efficaces pour gérer leurs addictions s'avère plus productif que le simple fait de leur dire qu'elles sont malades, démontre une nouvelle étude américaine. 

Comment convaincre une personne qui présente une addiction à certaines substances comme les drogues, le tabac ou l'alcool, de "raccrocher" ? C'est la question à laquelle ont tenté deux chercheuses de l'université de Floride et de l'université de Richmont, qui ont publié une étude dans le Journal of Social and Clinical Psychology afin d'analyser la manière dont les personnes concernées réagissent lorsqu'elles sont confrontées à la description du phénomène de l'addiction.  

L'étude a recruté 214 hommes et femmes rencontrant des problèmes de dépendance. Les participants ont été divisés en deux groupes : 124 d'entre eux ont lu un article portant sur les risques et les facteurs qui peuvent contribuer à l'abus de substances et sur les multiples façons de traiter les dépendances. Les 90 autres participants ont lu un article qui se cantonnait à la description des changements qui se produisent dans le cerveau en cas de dépendance et qui comparait ce phénomène à une maladie. 

Les volontaires ont ensuite tous répondu à un sondage destiné à déterminer dans quelle mesure ils se sentaient capables de changer leur consommation d'alcool (ou autres drogues) et s'ils étaient prêts à envisager des traitements pour soigner leur dépendance.

Aborder la toxicomanie sous un angle moins stigmatisant 

Les chercheurs ont constaté que les 124 participants qui ont lu le premier article ont exprimé une plus grande confiance dans leur capacité à gérer leur dépendance, par rapport à ceux qui ont lu le second article. Les volontaires du premier groupe ont également signalé des intentions plus marquées de consulter un conseiller ou d'entamer une thérapie cognitivo-comportementale.

"Dans l'ensemble, nos observations plaident en faveur de l'abandon des messages qui relèguent la toxicomanie uniquement à la maladie alors que c'est plus compliqué. Au lieu de cela, les résultats suggèrent qu'il serait plus utile de parler des nombreuses raisons pour lesquelles les gens deviennent dépendants", considère Sarah L. Desmarais, co-autrice de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.