ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 7 Juillet 2020

SANTE - Publié le 29/05/2019 à 13:55


Sclérose en plaques: coup de projecteur sur les troubles invisibles


AFP

Quand on dit "sclérose en plaques", on pense souvent aux troubles moteurs. Pourtant, cette maladie en entraîne d'autres, bien moins visibles, dont la fatigue et les problèmes urinaires.Ces "troubles invisibles" sont cette année le thème de la journée mondiale de la sclérose en plaques (SEP), qui a lieu jeudi.

"Ils sont fréquents, invalidants, et on en parle très peu", explique à l'AFP le Pr Jean Pelletier, chef de service de neurologie à l'hôpital de la Timone de Marseille et président du comité scientifique de la fondation Arsep (Aide à la recherche sur la sclérose en plaques).

Au premier rang de ces troubles invisibles: la fatigue.

"C'est un symptôme fréquent, très chronique et qui nuit à la qualité de vie", souligne le Pr Pelletier. "C'est souvent mal compris par l'entourage, qui pense que si la personne n'arrive pas à faire certaines choses, c'est parce qu'elle est déprimée".

Il n'y a pas de médicament pour la combattre. En revanche, selon le Pr Pelletier, "des études ont montré l'efficacité d'une activité physique régulière, par plateaux pour conditionner l'organisme, et de manière prolongée dans le temps".

Autre trouble invisible, les problèmes urinaires, qui peuvent aller jusqu'à l'incontinence. Après 10 ans d'évolution de la maladie, "au moins 50% des patients sont gênés par ces troubles".

"Chez les jeunes patients, ce n'est pas facile d'en parler, c'est un symptôme honteux, et ils ne savent pas toujours que c'est relié à la maladie", poursuit le Pr Pelletier.

Il existe toutefois "des prises en charge thérapeutiques": des médicaments permettent au patient "de mieux vidanger sa vessie" et donc d'aller uriner moins souvent, ou "de mieux retenir les urines, pour éviter les fuites".

- Botox -

Essentiellement associé à la chirurgie esthétique dans l'esprit du grand public, le botox peut aussi aider à combattre ces problèmes.

"Des urologues peuvent en injecter dans la paroi de la vessie, ce qui la détend et permet une meilleure capacité", selon le Pr Pelletier. Avantage de ces injections: "leur longue durée d'action, de 5 ou 6 mois".

Au-delà de leur impact social et de la gêne qu'ils provoquent, les troubles urinaires peuvent avoir des conséquences concrètes: "Une vessie qui se vide mal, c'est le risque d'infections urinaires répétées, qui sont elles-mêmes des facteurs déclenchants des phases de poussées" caractéristiques de la maladie.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Elle provoque un dérèglement du système immunitaire, qui s'attaque à la myéline, la gaine protectrice des fibres nerveuses.

On estime à plus de 2 millions le nombre de malades dans le monde (100.000 en France, 400.000 en Europe).

L'âge moyen du début des symptômes est 30 ans. Le plus souvent, la sclérose en plaques provoque des poussées inflammatoires entrecoupées par des phases d'accalmie durant lesquelles la myéline se reconstitue en partie.

Les traitements apparus depuis une vingtaine d'années améliorent la qualité de vie des patients et, grâce aux progrès de l'imagerie, le diagnostic, et donc la prise en charge, sont plus précoces qu'avant.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des neuroscientifiques expliquent d'où vient le sentiment de solitude
Endométriose : des conséquences importantes sur la vie sociale et professionnelle des patientes
Augmenter sa consommation de vitamine K pour vivre plus longtemps ?
Avoir des personnes à charge aurait un impact sur la santé et la productivité au travail
Confinement: un quart des fumeurs a augmenté sa consommation de tabac
Le manque de sommeil pourrait augmenter la fréquence des crises d'asthme chez les jeunes adultes
Les Français ont mieux vécu le confinement grâce à... leur chien
Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
Les masques grand public, mode d'emploi
Complications inflammatoires, neurologiques, cardio: les mauvaises surprises de Covid-19
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.065 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.