ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 20 Novembre 2019

SCIENCE - Publié le 27/05/2019 à 19:43


Chez des singes d'Afrique, la communication en partie innée


AFP

Les singes verts, sous la menace d'un drone au-dessus de leur tête, ont été capables de produire un nouveau cri d'alarme rapidement compris par leurs congénères, suggérant que l'espèce a en elle un répertoire d'expressions inné.

Ces singes, qui vivent en Afrique de l'Ouest, sont notamment reconnaissables à leur face noire bordée de poils blancs.

Devant les menaces, ils préviennent leurs semblables en émettant des sons spécifiques à chaque danger : léopard, serpent... Après le son «léopard», ils grimpent dans les arbres ; après l'alerte «serpent», ils s'immobilisent sur deux pattes.

Pour mieux comprendre comment ces animaux communiquent entre eux, des chercheurs allemands ont testé la réaction de 80 singes verts du Sénégal confrontés à l'apparition d'un drone dans le ciel, un «danger» qui leur était jusque-là inconnu.

Résultat: les singes se sont mis à pousser des cris bien différents de ceux émis quand ils aperçoivent des léopards ou des serpents.

Quand les chercheurs ont rediffusé ces nouveaux cris d'alerte par haut-parleurs, les primates se sont mis à scruter le ciel ou à s'enfuir, «suggérant qu'ils avaient immédiatement appris la signification de ce son».

«Une seule exposition à une nouvelle menace peut suffire», explique Julia Fischer, du German Primate Centre de Göttingen, coauteur de l'étude publiée lundi dans la revue Nature Ecology & Evolution. Une rapidité d'assimilation qui semble écarter l'apprentissage.

Plus surprenant encore, ce nouveau signal est «étonnamment similaire» au bruit que font les singes verts de l'est de l'Afrique quand ils aperçoivent des aigles, et leurs réactions sont les mêmes. Et ce bien que les deux lignées (de l'est et de l'ouest) aient divergé il y a environ 3,5 millions d'années et que les singes verts ne soient jamais confrontés aux aigles.

Selon l'étude, la similarité des appels montre que le cri d'alerte est un réflexe physiologique enraciné dans l'histoire évolutive de ces singes.

Un peu comme l'humain né avec «un répertoire inné d'expressions préverbales (les rires, les cris, les gémissements...)», explique Kurt Hammerschmidt du German Primate Centre, coauteur de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
A Herculanum, des techniques de pointe révèlent la splendeur de maisons antiques
Une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine
Aller sur la tombe de son maître ou garder son bébé mort... Quand les animaux font leur deuil
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Veaux, vaches, cochons aux gènes édités? Entre grandes promesses et sérieux écueils
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
Du Big Bang aux exoplanètes: le Nobel de physique à deux Suisses et un Canado-Américain
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.