ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 27/05/2019 à 12:08


Décès du physicien Murray Gell-Mann, découvreur des quarks


AFP

Le physicien américain Murray Gell-Mann, découvreur de la théorie des quarks et Prix Nobel en 1969, est décédé le 24 mai à l'âge de 89 ans, a annoncé dimanche le California Institute of Technology (Caltech) où il enseignait.

Considéré comme l'un des plus grands physiciens du XXème siècle, Murray Gell-Mann avait formulé dans les années 1960, avec son compatriote George Zweig, une nouvelle théorie selon laquelle les particules subatomiques --les protons et les neutrons-- étaient composées de particules encore plus petites.

Ces sous-particules avaient été baptisées "quarks", d'après une phrase du roman de James Joyce "Finnegans Wake": "Three Quarks for Muster Mark!" (Trois Quarks pour Monsieur Mark!).

Plus tard, des expériences avaient confirmé l'existence des quarks, devenus une des bases de la physique quantique. Les quarks continuent de faire l'objet de recherches par les physiciens à l'heure actuelle, notamment ceux du LCH du CERN, le plus grand accélérateur de particules du monde, situé à la frontière franco-suisse.

En 1961, Gell-Mann avait établi une nouvelle classification des particules élémentaires en groupes de huit, en fonction de caractéristiques telles que la charge en électricité ou la rotation. Baptisée "la voix octuple", cette théorie lui avait valu en 1969 le Prix Nobel de physique.

Né à New York le 15 septembre 1929, Murray Gell-Mann avait été persuadé par son père de se lancer dans des études de physique, une science qui ne l'enchantait pas au départ.

"C'était la seule matière dans laquelle j'étais mauvais au lycée, je la détestais", racontait-il, cité par le site internet de Caltech. "Et donc j'ai choisi la physique, après quoi je me suis mis à l'aimer. J'ai découvert que mon père avait raison (...) La mécanique quantique et la relativité étaient quelque chose de merveilleux".

Il avait décroché son doctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1951, et avait enseigné à Caltech, à Pasadena (Californie), de 1955 jusqu'à sa retraite en 1993.

"Le docteur Gell-Mann avait cette vision claire et cette perspicacité pénétrante qui lui permettaient d'observer les gros volumes de données provenant des expériences et de leur donner un sens", a commenté le professeur Hirosi Ooguri, directeur de l'Institut Walter Burke pour la physique théorique de Caltech, dans une nécrologie publiée sur le site de l'université.

"Il avait ouvert un nouveau paradigme dans la physique des particules", a-t-il ajouté.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.