ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Septembre 2019

PLANETE - Publié le 23/05/2019 à 14:36


Avec le réchauffement, le plancton migre vers le nord


AFP

Avec le réchauffement climatique, le plancton de l'hémisphère nord tend à migrer plus au nord, montre une étude publiée mercredi dans la revue Nature et consacrée à ces micro-organismes à la base de la chaîne alimentaire océanique.

"Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les écosystèmes marins", estime Lukas Jonkers, l'auteur principal, chercheur à l'université de Brême.

"Nous avons poussé les écosystèmes marins, ou au moins ce groupe de zooplancton, loin de leur état naturel, et c'est très préoccupant: cela signifie que, même si nous parvenons à garder le réchauffement sous 1,5°C, ce dont on peut douter, les écosystèmes du globe seront vraisemblablement affectés profondément."

L'équipe a étudié le cas des foraminifères planctoniques, micro-organismes unicellulaires dotés d'une enveloppe rigide et résistante. Une enveloppe qui tombe au fond de l'eau à leur mort, et permet aux scientifiques de garder sur des siècles la trace de ces populations dans les diverses régions du monde.

Les chercheurs ont ainsi comparé des échantillons récents (1978-2013) à d'autres issus de sédiments océaniques remontant à plusieurs siècles.

Bilan: des échantillons récents semblables aux anciens collectés dans des mers plus au sud, suggérant que le plancton a migré vers le nord alors que l'eau gagnait en température.

"Tout a bougé vers le nord", résume M. Jonkers pour l'AFP. "A tel endroit vous trouvez toujours de nombreuses espèces différentes, mais maintenant nous voyons que cet ensemble se compose d'espèces préférant les eaux plus chaudes".

Par exemple, les espèces repérées aujourd'hui près du Groenland évoluaient plus au sud auparavant, à en juger par les sédiments datant de l'ère pré-industrielle et collectés plus au sud.

Au total près de 4.000 échantillons ont été analysés, de diverses zones de l'hémisphère nord. La situation dans l'hémisphère sud n'est pas analysée par cette étude, mais pour Lukas Jonkers, le schéma est similaire.

"Là où les températures ont le plus changé, les espèces ont le plus changé", dit-il, évoquant un rythme de changement plutôt graduel.

Selon lui, rien n'a montré à ce stade d'extinction d'espèces.

Pour autant, des questions de survie pourraient se poser pour le plancton comme pour la faune reposant sur cette nourriture, s'ils ne s'adaptent pas assez vite pour survivre et cohabiter avec d'autres dans leur environnement nouveau.

Cette étude s'ajoute à d'autres qui montrent l'impact du réchauffement sur l'océan et ses habitants. Ainsi dans l'Arctique, phoques et baleines sont déjà obligés de changer leurs habitudes alimentaires, ont montré des travaux publiés en mars.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Australie: quand des marsupiaux meurent d'intenses accouplements
Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Le sommet sur l'Amazonie lancera un appel mondial pour sa protection
L'Allemagne va bannir le glyphosate fin 2023
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
L'Etna à nouveau en éruption
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.