ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 10 Avril 2020

SANTE - Publié le 22/05/2019 à 16:28


Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès


AFP

Selon une nouvelle étude dont les résultats seront présentés en juin dans le cadre du congrès international d'oncologie (ASCO) aux Etats-Unis, les femmes atteintes d'un cancer du sein qui limitent les apports en calories dans leur régime alimentaire quotidien ont un taux de survie plus élevé que les autres.

Cette étude menée à grande échelle par le Women's Health Initiative de 1993 à 1998 a suivi 48.835 femmes ménopausées et âgées de 50 à 79 ans. Aucune d'entre elles n'était atteinte de cancer de sein au début de l'étude.

Les participantes ont été réparties au hasard en deux groupes. Le premier avait pour objectif de ne pas consommer plus de 20% des réserves en lipides (graisses) par jour, ainsi que de manger plus de fruits, de céréales et de légumes.

Les chercheurs ont suivi les femmes pendant une période médiane de 19,6 ans. Près de 3.400 cas de cancer du sein ont été diagnostiqués entre 1993 et 2013. Les femmes du groupe à faible teneur en gras devaient continuer leur régime alimentaire pendant 8,5 ans, bien que la plupart d'entre elles aient légèrement dépassé le seuil fixé de dépense de lipides (25% au lieu de 20%).

Si les différences s'avèrent peu significatives entre les deux groupes au cours des 8,5 premières années de régime, le suivi cumulatif à long terme de 19,6 ans montre en revanche un risque de décès après un cancer du sein inférieur de 21% chez les femmes qui ont suivi un régime faible en matières grasses. 

"Ces résultats fournissent les premières données probantes tirées d'essais cliniques randomisés indiquant qu'un changement alimentaire peut réduire le risque qu'une femme post-ménopausée meurt d'un cancer du sein", concluent les auteurs de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.