ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

SEXO - Publié le 16/05/2019 à 19:03


Des chercheurs norvégiens ont analysé la santé sexuelle des couples longue durée


AFP

Selon une nouvelle étude réalisée par des professeurs en psychologie de Norvège, la clé du désir sexuel au sein du couple est tout simplement... la passion.

Comment conserver l'appétit sexuel au sein d'un couple ? L'intensité et la fréquence des rapports sexuels diminuent-elles avec le temps ? Ces questions n'ont probablement pas fini de passionner les sexologues et psychothérapeutes spécialisés. Preuve en est avec cette nouvelle étude publiée dans Evolutionary Behavioral Sciences et réalisée par des psychologues de l'université norvégienne de sciences et de technologie (NTNU).

L'équipe de chercheurs a analysé la situation de 92 couples hétérosexuels âgés de 19 à 30 ans. La durée des relations variait d'un mois à neuf ans, avec une moyenne d'un peu moins de deux ans. Les couples avaient des rapports sexuels deux à trois fois par semaine en moyenne.

"Nous avons examiné comment la sociosexualité des hommes et des femmes, la durée des relations et les diverses dimensions de la qualité des relations influent sur la fréquence des rapports sexuels des couples", expliquent les auteurs de l'étude. 

Fantasmer sur autrui peut nuire à l'intimité sexuelle d'un couple

L'enquête a montré que plus la relation était longue, plus les rapports sexuels se faisaient rares. D'après les chercheurs, le fait de fantasmer sur une tierce personne serait l'une des causes de cette "baisse de régime".  "L'amour est un mécanisme d'engagement et il y a moins de passion et de désir dans une relation si un partenaire s'intéresse davantage aux autres", analyse Leif Edward Ottesen Kennair, professeur au Département de psychologie du NTNU.

Selon Trond Viggo Grøntvedt, postdoctorant au département de psychologie du NTNU qui a participé à l'étude, l'amour et la confiance représentent sans aucun contexte deux des éléments indispensables au bien-être d'un couple, mais ne garantissent pas pour autant une vie sexuelle intense.

En revanche, la passion amoureuse était fortement associée à la fréquence des rapports sexuels. "Nous n'avons trouvé aucun lien entre les autres aspects et la fréquence des rapports sexuels dans les relations de couple", note Trond Viggo Grøntvedt.

L'étude montre par ailleurs que si les hommes sollicitent en moyenne trois fois plus leur partenaire pour des relations sexuelles, les rapports s'avèrent beaucoup plus fréquents lorsque les femmes prennent l'initiative et en particulier lorsqu'elles font la distinction entre le sexe et les aspects relationnels et émotionnels de leur relation.

Le Pr Mons Bendixen, co-auteur de l'étude, précise toutefois que ces observations s'appliquent principalement aux sociétés dans lesquelles l'égalité entre les sexes et la notion de consentement sexuel des femmes occupent une place importante. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants transgenres se sentent autant garçons ou filles que les enfants non trans
Sensibiliser les enfants au concept de la non-binarité pourrait réduire les préjugés à l'école, suggère une étude
Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
Non, les hommes ne sont pas les seuls à aimer le porno
Règles: les coupes menstruelles, option sûre, efficace et économique
Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.085 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.