ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

SANTE - Publié le 06/05/2019 à 20:44


Des médecins alertent sur l'urgence de surveiller le cœur des patients atteints de cancer


AFP

Les traitements administrés pour traiter le cancer ont des conséquences sur la santé cardiaque des patients, rappelle une étude présentée samedi 4 mai dans le cadre du congrès de la Société européenne de cardiologie. 

L'insuffisance cardiaque causée par le traitement du cancer peut survenir jusqu'à 20 ans après le traitement, expliquent les scientifiques à l'origine de l'étude. "Selon le type de chimiothérapie et de radiothérapie, entre 1% et 25% des patients atteints d'un cancer peuvent développer une insuffisance cardiaque due au traitement du cancer", a rappelé Robyn Clark, professeure à l'université Flinders (Adélaïde, Australie) et autrice principale de l'étude présentée lors du congrès EuroHeartCare 2019.

L'équipe de la Pre Clark a examiné les dossiers médicaux de 46 patients atteints de cancer cardiotoxique sélectionnés au hasard admis à l'hôpital entre 1979 et 2015. Seulement 11% ont été référés à un cardiologue avant la chimiothérapie et moins de la moitié (48%) ont été orientés vers une clinique spécialisée en cardiologie après le traitement de leur cancer.

Près de 40% étaient en surpoids ou obèses, 41% étaient des fumeurs ou d'anciens fumeurs, 24% étaient des consommateurs réguliers d'alcool, 48% souffraient d'hypertension et 26% étaient diabétiques. Des profils qui correspondent tous à des facteurs de risques cardiovasculaires. 

Une surveillance avant, après et pendant le traitement

Onze des patients qui ont participé à l'étude ont été interrogés sur leurs habitudes de vie. Plus de la moitié d'entre eux a expliqué avoir commencé à manger sainement après leur diagnostic de cancer, mais ne semblaient toutefois pas comprendre l'importance d'une alimentation équilibrée.

Or, comme le rappelle la Pre Clark, le risque de cardiotoxicité dépend également d'éléments néfastes pour le coeur, comme le tabagisme et l'obésité. "Une meilleure surveillance du cœur et une intervention avant, pendant et après le traitement peuvent prévenir ou atténuer l'impact de cette cardiotoxicité", souligne-t-elle.

La Pre Clark estime qu'il en va de la responsabilité des médecins d'informer leurs patients cancéreux des risques de cardiotoxicité des traitements. "La cardiotoxicité peut survenir même chez les personnes qui n'ont pas de facteurs de risque cardiovasculaire, car les médicaments contre le cancer comme les anthracyclines et le trastuzumab sont mauvais pour la santé cardiaque. En surveillant le cœur tout au long du cancer, on peut s'assurer qu'il est protégé", rappelle-t-elle. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.