ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 21 Fevrier 2020

TECHNOLOGIES - Publié le 02/05/2019 à 00:49


Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein


AFP

À une heure du matin le 19 avril, un petit drone a décollé d'un stationnement de Baltimore avec un rein réfrigéré dans de la glace et parcouru 4,5 km pour atterrir sur le toit de l'hôpital universitaire du Maryland.

Il a fallu une autorisation spéciale de survol pour cette mission de dix minutes, et la police a fermé par précaution les rues le long du trajet de l'appareil, qui volait à 120 mètres d'altitude.

Mais l'expérience (réussie : une femme a reçu la greffe avec succès) montre que la technologie de livraison par drones, déjà opérationnelle pour des colis achetés en ligne dans certains pays, peut être exploitée de façon réaliste pour améliorer le système actuel de transport d'organes et en réduire le coût.

La médecine rattraperait ainsi lentement le secteur de la vente en ligne ; Google a obtenu l'autorisation de commencer cette année des livraisons par drone dans quelques villes en Australie et aux États-Unis.

« Je pense que d'ici trois à cinq ans, nous commencerons à voir des livraisons d'organes de façon plus régulière », dit à l'AFP le médecin Joseph Scalea, chirurgien et leader du projet au centre médical de l'université du Maryland. « Et les livraisons par drones deviendront sans doute largement possibles d'ici cinq à dix ans », espère-t-il.

Le temps est la contrainte la plus critique pour le transport d'organes. En 2018, 1,5 % des organes ne sont pas arrivés à destination, et 4 % ont subi un retard d'au moins deux heures, selon le réseau américain gérant le système de dons d'organes.

Actuellement, les organes sont transportés par des sociétés spécialisées, qui les font voyager à bord de lignes aériennes régulières ou affrètent de petits avions au besoin. En ville, le transport est ralenti par les embouteillages.

Le docteur Scalea imagine un avenir où des drones relieraient hôpitaux et aéroports, ou bien des hôpitaux d'une même ville entre eux.

« Il y a énormément d'avantages potentiels, même sur des courtes distances de six, sept ou huit kilomètres », dit-il.

Le médecin, qui a fondé une société de gestion de données pour le transport conventionnel et « non conventionnel » d'organes, compare le système à un service de type Uber, plus flexible et moins coûteux que les « taxis » actuellement utilisés.  

Le coût moyen du transport d'un rein est de 5000 $ US, selon lui, ce qui est généralement pris en charge par les assurances.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le piège des objets connectés
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
Le streaming en expansion, son empreinte écologique aussi
L'emploi à l'ère de l'intelligence artificielle: des robots et des hommes
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Révolution technologique en Birmanie, un des derniers pays à adopter un code informatique universel
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
42, une école française d'informatique qui bouscule les codes
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Un jeu vidéo conçu pour développer l'intelligence émotionnelle chez les adolescents
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Les squelettes surnommés les amants de Modène étaient deux hommes
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Se montrer plus extraverti pour se sentir mieux ?
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.