ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 20 Août 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 10/04/2019 à 17:28


Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux


AFP

Avec l'annonce pour les prochaines années de "constellations" de milliers de mini-satellites de télécommunication en orbite autour de la Terre, le risque de collision avec des débris spatiaux ne va cesser d'augmenter. Pour Nobu Okada, c'est une opportunité.

Cet entrepreneur japonais de 46 ans a fondé la start-up Astroscale à Singapour en 2013 dans le but exclusif de lancer des satellites "balayeurs de l'espace". La société, aujourd'hui basée à Tokyo, a 171 salariés.

Une démonstration aura lieu en 2020: un satellite d'Astroscale attrapera un mini satellite de la société, lancé en même temps, à l'aide d'une plaque aimantée, dans le but de le "désorbiter", c'est-à-dire le précipiter dans l'atmosphère pour qu'il brûle.

Les Européens et Américains développent des concepts proches, mais à ce jour, l'idée de faire le ménage en orbite reste très expérimentale.

Nobu Okada a répondu à l'AFP à l'occasion du 35e Space Symposium, grand rendez-vous de l'industrie spatiale à Colorado Springs, aux Etats-Unis.

QUESTION: Existe-til un marché pour retirer les débris spatiaux?

REPONSE: "Quand j'ai commencé, on me disait: il n'y a pas de marché, personne ne paiera pour retirer des débris. Pour moi c'était une bonne nouvelle, car s'il n'y pas de marché, il n'y a pas de concurrence!

Mais la densité des débris spatiaux a atteint un niveau critique tel que des collisions peuvent arriver à n'importe quel moment. Il faut donc que quelqu'un nettoie l'espace".

QUESTION: Qui va payer?

REPONSE: "Les débris futurs viendront des constellations. Une partie des satellites mourront en orbite et devront être remplacés, afin de garantir la couverture. Il faut donc enlever les vieux satellites pour que l'orbite reste propre. Pour les constellations, c'est une question de continuité".

"L'autre marché, ce sont les débris qui sont déjà là-haut. La plupart viennent des Etats. Il faut prioriser les plus dangereux, par exemple les étage supérieurs des fusées, et les gouvernements devront financer.

Il y a deux ans, les gouvernements se contentaient d'écouter. Mais ils commencent à assumer leurs responsabilités".

QUESTION: Avez-vous déjà des clients, et combien vos services leur coûteront-ils?

REPONSE: "Nous avons de multiples projets avec des clients potentiels".

"Avant de nous lancer, les gens n'avaient aucune idée du coût de retirer un débris, faute de technologie existante. Les gens se disaient, 100, 300 ou 500 millions de dollars pour retirer un seul objet. Notre prix dépendra de la position de l'objet dans l'espace, mais ce sera beaucoup, beaucoup moins".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Une sonde indienne réussit à se placer en orbite lunaire
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
Il pourrait y avoir de la vie sur la Lune
Une planète potentiellement habitable découverte dans un nouveau système solaire
Inde : des villageois surpris par la chute d'une possible météorite
Une sonde indienne en route vers la Lune
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
Pour retourner sur la Lune, l'urgence de nouvelles combinaisons spatiales
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Le short biomécanique, un grand pas vers le sprint du futur
42, une école française d'informatique qui bouscule les codes
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.