ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

SANTE - Publié le 26/03/2019 à 18:17


Bébés prématurés: le seuil de viabilité recule d'une semaine tous les 10 ans


AFP

La médecine a fait des pas de géants depuis les années 1980 pour la survie des bébés extrêmement prématurés, comme l'illustrent plusieurs études médicales parues cette semaine et concernant les Etats-Unis et la Suède.

Jusqu'aux années 1980, la médecine estimait que l'âge gestationnel minimum pour la viabilité était de 28 semaines, sur les 40 d'une grossesse normale (avant 37 semaines, les bébés sont catégorisés prématurés). A 28 semaines, les bébés ne font que 1.000 grammes.

Cette limite n'a cessé de reculer depuis, et des bébés minuscules survivent à 24, 23 voire 22 semaines. Ils pèsent alors un demi-kilo ou moins. Un bébé japonais a fait la une en février: il pesait 268 grammes à la naissance, à 24 semaines, et est sorti en bonne santé après cinq mois d'hospitalisation.

"Je fais ce métier depuis 40 ans, et j'ai vu le seuil de viabilité reculer d'une semaine tous les 10 ans dans mon hôpital", dit à l'AFP Edward Bell, médecin en néonatalogie et professeur de pédiatrie à l'Université de l'Iowa aux Etats-Unis.

La Suède détient sans doute le record mondial de survie: 77% des enfants nés entre 22 et 26 semaines en 2014-2016 ont survécu un an, a rapporté une étude publiée mardi dans la revue de l'Association médicale américaine (Jama).

Le pays s'est même amélioré: la survie était de 70% en 2004-2007.

Entre temps, la Suède a uniformisé les procédures et systématisé la réanimation des nouveaux-nés: intubation immédiate, administration de médicaments, et transfert rapide vers une unité de soins intensifs néonatals. Désormais 88% des accouchements prématurés se font dans des hôpitaux équipés d'une telle unité.

"Auparavant, face à un bébé né à 22 ou 23 semaines, un médecin pouvait dire qu'il ne valait pas la peine de faire quoi que ce soit", explique à l'AFP le médecin et professeur de pédiatrie Mikael Norman, coauteur de l'étude.

Pour les plus petits de 22 semaines, la survie est passée en une décennie de 3,6% à 20%. Pour ceux nés à 26 semaines, huit sur dix survivent.

- Etats-Unis en retard -

Depuis les années 1990, trois avancées majeures ont été l'invention de "surfactants" artificiels, qui remplacent une substance que les grands prématurés ne produisent pas encore dans leurs poumons et qui les aident à respirer; l'injection de stéroïdes à la maman juste avant l'accouchement, qui fait maturer les poumons du bébé d'une semaine en un jour; et les progrès des appareils respiratoires.

Ces techniques sont largement disponibles dans les pays développés, mais cela n'empêche pas d'importantes disparités, d'un pays voire d'un hôpital à l'autre.

En France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, la moitié environ des grands prématurés (moins de 26 ou 27 semaines) survivaient selon des études datant de quelques années.

Les Etats-Unis ne sont pas la Suède: le système de santé est très inégalitaire, ce qui change le suivi prénatal des femmes enceintes. Une étude dans Jama a montré que la ségrégation géographique entre Noirs et Blancs se reproduisait dans les hôpitaux, les prématurés noirs naissant dans des centres de moins bonne qualité.

Mais la survie progresse, même pour les bébés de moins de 400 grammes, qui sont très rares mais ont fait l'objet d'une autre étude dans Jama lundi.

13% des bébés de moins de 400 grammes et nés à 22-26 semaines dans 21 hôpitaux américains de 2008 à 2016 ont survécu. L'un d'eux pesait seulement 330 grammes.

Mais à cet âge, le risque de complications est élevé: les trois quarts montraient des retards de développement à deux ans.

"Cela montre que la survie est possible", dit Edward Bell, coauteur de l'étude.

"On ne peut pas dire nettement que ces bébés doivent toujours être réanimés, mais les parents doivent recevoir cette information et avoir leur mot à dire pour décider de la réanimation", poursuit le docteur.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.