ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 20 Septembre 2019

SEXO - Publié le 19/03/2019 à 16:55


Pourquoi les jeunes adultes adoptent des comportements sexuels à risque ?


AFP

Comment expliquer les comportements sexuels à risque chez les jeunes adultes ? Une nouvelle étude canadienne publiée dans Journal of Sex Research tente de répondre à cette question. 

Selon cette nouvelle étude, le sexe, l'orientation sexuelle et le désir de nouer des relations amoureuses durables semblent influencer la prise de risques sexuels chez les jeunes adultes. Les réponses obtenues grâce à ces recherches peuvent aider à expliquer pourquoi certains jeunes ont des rapports sexuels non protégés, bien qu'ils soient conscients des risques d'infections sexuellement transmissibles (IST), du VIH, du cancer du col de l'utérus et de grossesses non désirées.

Les chercheurs et chercheuses ont sondé 157 hommes hétérosexuels, 177 femmes hétérosexuelles et 106 hommes homosexuels, tous âgés de 18 à 25 ans. Les participants ont dû lire un scénario décrivant une rencontre hypothétique avec un nouveau partenaire sexuel et/ou romantique. On leur a ensuite demandé d'évaluer la probabilité qu'ils optent pour le port du préservatif lors d'un éventuel rapport sexuel.

Les résultats ont montré que les trois groupes adoptaient une attitude différente face au choix de se protéger. Les hommes hétérosexuels étaient plus susceptibles d'accepter des rapports sexuels sans préservatif, à l'inverse des femmes, plus enclines à refuser une relation sexuelle non protégée. Les hommes homosexuels se sont montrés plus ouverts à la discussion, avec une attitude moins conflictuelle que les hommes hétérosexuels.

Des pistes pour mieux cibler les campagnes de prévention

L'étude suggère également que les femmes hétérosexuelles peuvent se montrer plus disposées à prendre des risques lorsqu'elles ont de forts sentiments pour leur partenaire.


"Comprendre les facteurs qui font qu'il est plus difficile de reconnaître le risque pendant une relation sexuelle, comme le désir d'une relation amoureuse à long terme et la familiarité du partenaire, peut aider mener à une meilleure politique de prévention", estime la Dre Shayna Skakoon-Sparling, professeure à l'Université de Guelph (Canada) et auteure principale de l'étude.

ll est cependant important de préciser que cette enquête ne reste qu'une étude d'observation : aucune conclusion définitive ne peut être avancée. L'enquête présente de surcroît plusieurs limites, compte tenu du fait qu'elle n'inclut pas les femmes homosexuelles ni aucun autre groupe d'orientation sexuelle. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
Non, les hommes ne sont pas les seuls à aimer le porno
Règles: les coupes menstruelles, option sûre, efficace et économique
Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
Le manque de sommeil chez les ados pourrait encourager les rapports sexuels non protégés
Les adolescentes LBGT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
L'Etna à nouveau en éruption
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.