ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Juin 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 19/03/2019 à 15:23


Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer


AFP

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, est reparti dans la nuit de lundi à mardi de Saint-Malo pour la deuxième étape de son tour du monde destiné à tester de nouvelles technologies énergétiques, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Lors de sa première expédition commencée en juin 2017, ce laboratoire énergétique couvert de panneaux photovoltaïques (168 m2 désormais) a parcouru plus de 10.000 milles marins en France et en Méditerranée, utilisant principalement l'énergie solaire, mais aussi de l'hydrogène produit par électrolyse à partir de l'eau de mer.

Mais la partie éolienne de ce mix d'énergies renouvelables n'a pas été concluante, les deux éoliennes à axe vertical et l'aile de traction (kite) ne fonctionnant pas comme espéré, a expliqué à l'AFP le chef d'expédition Jérôme Delafosse.

Pour cette nouvelle étape qui les conduira vers la mer du Nord et la Baltique, le navire sera donc équipé mi-avril à Amsterdam d'ailes de 12 mètres d'envergure baptisées "Oceanwings", conçues par le cabinet d'architecture navale VPLP en s'inspirant des voiles des navires de la Coupe de l'America.

Ce sont des "ailes rigides, comme des ailes d'avion à la verticale" et "beaucoup plus simples d'utilisation qu'un kite", a indiqué M. Delafosse.

Ces ailes entièrement automatisées, rotatives à 360° et pouvant s'affaler devraient permettre d'augmenter la vitesse du navire et de soulager les moteurs, permettant ainsi la production d'hydrogène en mer.

"On utilise le vent, on soulage notre production et l'énergie solaire qu'on va recevoir, au lieu de la mobiliser pour propulser le bateau, on va l'envoyer dans l'électrolyseur, la chaine de production d'hydrogène", a précisé M. Delafosse.

Si cela devrait ainsi permettre au navire d'atteindre son objectif d'autonomie énergétique pour traverser ensuite l'Atlantique et le Pacifique pour terminer son tour du monde d'ici 2022, les porteurs du projet espèrent aussi que cette technologie puisse être adaptée aux cargos de transport maritime ou aux navires de croisières.

"Je crois profondément que ces ailes peuvent constituer une véritable rupture technologique dans la réduction des dépenses énergétiques des navires de commerce", insiste dans un communiqué Victorien Erussard, fondateur et capitaine d'Energy Observer. "Associées à l'hydrogène, c'est le combo gagnant pour un transport maritime propre."

L'hydrogène contient jusqu'à trois fois plus d'énergie par unité de masse que le gazole et 2,5 fois plus que le gaz naturel. De plus, sa combustion ne rejette ni CO2 ni particules fines, mais il est aujourd'hui produit principalement à partir d'énergies fossiles.

L'objectif d'Energy Observer est de montrer qu'il peut être produit à partir d'énergies renouvelables.

L'ancien catamaran de 30,5 m de long pour 12,80 m de large, était à l'origine un voilier de course construit en 1983 au Canada.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Et si les humains préféraient s'informer via des robots ?
L'intelligence artificielle bat enfin les humains dans un jeu multijoueur
L'intelligence artificielle et le big data à la rescousse des agriculteurs africains
Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein
D'ici 50 ans, il pourrait y avoir plus de profils de personnes décédées que vivantes sur Facebook
Mario Kart débarque sur smartphone cet été
Imagerie médicale: le prototype d'un scanner révolutionnaire inauguré à Lyon
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Les robots en action à la Cité des sciences
Le streaming de jeux vidéo, une fausse bonne idée?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La conquête de l'espace en dix grandes dates
Il y a bientôt 50 ans, deux Américains marchaient sur la Lune
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.