ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 21 Août 2019

FUTUR - Publié le 05/03/2019 à 12:19


Véhicule autonome : gare à l'impact environnemental


AFP

Annonciateur, peut-être, d'un avenir plus vert, le véhicule autonome pourrait aussi se révéler un leurre environnemental, faute d'anticipation, mettent en garde des chercheurs.

Moteur électrique, utilisation partagée, conduite plus économe que celle de l'automobiliste moyen... ce mode de transport porte en lui tous ces changements, promesse de moindre pollution atmosphérique et climatique. Pourtant, l'équation n'est pas si simple.

- Usage partagé ? -

Selon le cabinet de conseil AT Kearney, qui a interrogé 150 cadres d'industries concernées, "la consommation énergétique devrait être réduite de 30%, grâce aux sources d'énergie alternatives mais aussi parce que les véhicules communiqueront, assurant la fluidité du trafic". Et puis, "posséder la voiture perdra en pertinence, au profit des services de partage".

"Dans les 10-15 prochaines années, l'essentiel de l'utilisation du véhicule autonome sera commerciale": robots-taxis et navettes à la demande, décrit Xavier Mosquet, du cabinet BCG et co-auteur pour la France d'un rapport sur la voiture du futur. Dans un premier temps au moins, au vu de son coût, la voiture du particulier restera "marginale".

A terme, "l'utilisation la plus vertueuse sera le partage", dit cet expert à l'AFP. En revanche il ne faudrait pas que ces nouvelles mobilités supplantent les autres transports en commun, prévient-il, relevant que c'est "une préoccupation".

Alors, quel modèle de développement dominera ?, s'est interrogé l'Institut du développement durable (Iddri): le modèle actuel, basé sur la voiture privée? celui, plus "vert", basé sur les transports publics et porté par les villes? ou des flottes de robots-taxis?

Le futur sera forcément "hybride", répondent ces chercheurs, qui appellent les pouvoirs publics à guider cet essor: "l'autonomie est loin d'être une baguette magique pour la mobilité durable", soulignent-ils.

- Tels 3.000 internautes -

Parmi les incidences du véhicule sans chauffeur, il y a l'empreinte, en consommation d'énergie et matières premières, de l'électronique embarquée.

La conduite automatisée consacre le règne du numérique: algorithmes, capteurs, radars, lasers analysent en temps réel route et alentours (classification des voies, trafic, parkings, météo, prix de l'essence etc). D'autres contenus permettent aussi aux passagers de se divertir.

Selon Intel, 1h30 de conduite autonome devrait générer 4 téraoctets de données, autant que 3.000 internautes en une journée. Un phénomène "nécessitant une énorme capacité de calcul pour organiser, traiter, comprendre, partager et stocker", résume-t-on chez le géant des semi-conducteurs.

Interrogé par l'AFP, Nissan, par exemple, ne répond pas précisément à la question du poids du numérique. "Nous oeuvrons pour réaliser notre vision d'un monde à zéro émission et zéro victime (de la route) et croyons que les technologies de conduite autonome joueront un rôle-clé", dit-on chez ce constructeur, qui vise aussi bien l'usage partagé que des modèles accessibles aux particuliers.

Quid du recours accru aux coltan, palladium, cuivre, tungstène et autres minerais, dont l'extraction induit souvent pollutions et impacts sociaux ?

Les études manquent sur le cycle de vie du véhicule autonome, mais, à titre de comparaison, 3/4 des impacts environnementaux d'un smartphone sont dus à sa fabrication, plus qu'à son usage.

- Etalement urbain -

Autre effet pervers, le risque d'étalement urbain. Les distances deviennent moins contraignantes quand on peut travailler dans sa voiture...

"C'est un gros risque, qui inquiète les collectivités", souligne Xavier Mosquet. "Aux Etats-Unis, dans le passé, les centres-villes se sont vidés. Ca a commencé à s'inverser justement à cause de la circulation. Le véhicule autonome pourrait de nouveau pousser à cela".

Globalement, il pourrait accroître déplacements et km parcourus.

L'arrivée de nouveaux usagers, notamment âgés, relèverait de 2 à 10% la consommation énergétique des véhicules personnels, a-t-on calculé à l'université de Leeds. Quant aux "impacts énergétiques nets des services à la demande, ils restent incertains", écrit le chercheur Zia Wadud, relevant la nécessité de "mesures appropriées, si l'on veut cueillir les pleins bénéfices énergétiques de l'automatisation".

Les pays "doivent orienter la technologie vers une mobilité durable, avec en tête les effets négatifs possibles", souligne Laura Brimont, experte à l'Iddri, qui n'a pour l'instant pas trouvé dans le monde de "cas de très bons élèves".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
Le taxi du futur, volant et autonome?
Véhicule autonome : gare à l'impact environnemental
Premier essai en vol de la voiture volante de Boeing
Une startup lève 100 millions de dollars pour construire son avion supersonique
Les voitures volantes, fantasme éternel ou réalité à portée de main ?
Hyundai dévoile à Las Vegas un concept-car qui rampe et qui marche
Los Angeles: Elon Musk dévoile un tunnel pour révolutionner les transports urbains
Virgin Galactic prépare un nouveau vol d'essai, plus près de la frontière de l'espace
Premier vol d'un mini avion à propulsion ionique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Le short biomécanique, un grand pas vers le sprint du futur
42, une école française d'informatique qui bouscule les codes
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
Réunion de l’ONU sur le climat au Brésil en pleine polémique sur l’Amazonie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.051 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.