ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 24 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 28/02/2019 à 13:21


Que se passe-t-il quand le corps d'un patient irradié est incinéré?


AFP

Fin 2017, un sexagénaire américain venant de recevoir une dose de lutetium 177, un traitement anticancéreux radioactif, est mort. Cinq jours plus tard, il a été incinéré. Trois semaines après, le docteur Nelson s'est inquiété.

Kevin Nelson, responsable de la sûreté des traitements radioactifs à la Mayo Clinic Arizona, n'a appris la mort de l'ancien patient qu'avec retard, car l'homme de 69 ans, qui était suivi pour une tumeur au pancréas, est décédé dans un autre hôpital.

En Floride, où il avait travaillé avant, il est interdit d'incinérer des corps contenant des produits radioactifs, mais est-ce le cas dans l'Arizona?

Non, aucune loi n'existe en Arizona sur le sujet, lui répond-on au Bureau de contrôle des radiations de l'Arizona, qui décide alors d'aller mesurer les radiations dans le crématorium, en compagnie du spécialiste.

"C'était un hasard que j'eusse moi-même déjà été confronté à une situation similaire auparavant, dans un autre Etat", dit à l'AFP le docteur Nelson. Un autre médecin n'y aurait peut-être pas pensé.

Un compteur Geiger-Mueller est mis en contact avec le four, un filtre d'aspirateur et le concasseur d'ossements du crématorium: des traces de radiation au lutetium sont détectées.

Les enquêteurs analysent aussi l'urine de l'employé du crématorium: aucune trace de lutetium... Mais ils détectent des faibles traces d'un autre produit radioactif, très utilisé dans les hôpitaux du monde entier pour des examens de diagnostic, le technétium 99 (en rayonnant, il permet de visualiser le fonctionnement d'un organe particulier).

L'employé du crématorium a donc vraisemblablement été contaminé en inhalant le technétium lorsque le corps d'un autre patient a été incinéré. La molécule s'est vaporisée dans l'air à haute température.

- "Très, très faible" -

Le cas est décrit mardi dans une lettre de recherche publiée par le Dr. Nelson et son collègue Nathan Yu, oncologue à la Mayo Clinic de Phoenix, dans le Journal de l'Association américaine de médecine (Jama).

"C'est la première fois que la contamination d'un équipement a été documentée", dit à l'AFP Nathan Yu.

Le niveau de radiation est "très, très faible", rassure Kevin Nelson. "Nous pouvons dire avec une grande certitude que l'opérateur du crématorium a reçu une dose de radiation très éloignée de la limite pour le grand public".

Avant d'incinérer un corps, les crématoriums retirent les pacemakers, défibrillateurs ou tout autre appareil pouvant exploser.

Mais le cas des produits radioactifs semble avoir été négligé dans la plupart des Etats américains. Aucune réglementation fédérale ne s'intéresse au sujet.

"Ce n'est pas quelque chose dont les gens sont au courant", dit Nathan Yu.

Dans le cas présent, l'employé a été contaminé par une dose non dangereuse.

Mais il existe beaucoup d'autres médicaments radiopharmaceutiques, avec des températures de volatilisation, des durées et des doses de radiation différentes, et pour lesquels "ce ne sera pas forcément pareil", dit le docteur Yu.

Quarante millions de traitements et examens de médecine nucléaire ont été réalisés dans le monde en 2006, écrivent les médecins, en citant les derniers chiffres mondiaux disponibles.

Ils appellent à mettre à jour les protocoles pour mieux évaluer ce risque.

Interrogée par l'AFP, l'Association américaine des directeurs de pompes funèbres n'était pas au courant du cas jusqu'à récemment. L'Association "souhaite que le problème soit mieux étudié et sollicite des recommandations" pour par exemple "évaluer la radioactivité chez les patients décédés".

En Virginie, le directeur du bureau de la santé radiologique confirme à l'AFP qu'il n'existe aucune réglementation liée à l'incinération, les crématoriums n'étant pas "des établissements ayant une license pour des matières radioactives".

Dans le Maryland, le président du Conseil des entreprises de pompes funèbres, Lynn Newman, confie son étonnement à l'idée que sa profession puisse être exposée à un risque d'irradiation.

"Cela ne m'a jamais traversé l'esprit", dit-il à l'AFP.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Le physicien Marcelo Gleiser: La science ne tue pas Dieu
Mathématiques: le prix Abel attribué à une femme pour la première fois
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.043 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.