ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 24 Mars 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 14/02/2019 à 14:29


Au Bénin, des classes mobiles pour réparer la fracture numérique


AFP

Avec sa classe, Ambroise, 11 ans, a parcouru d'un bon pas le kilomètre et demi qui sépare son école publique de la mairie d'Avrankou, dans l'est du Bénin: sur le parking, sous d'immenses kolatiers, stationne un camion aménagé en salle informatique.

"Quand le maître a dit qu'on retournait à la classe informatique, j'ai vite ramassé mes affaires, j'étais trop content", raconte dans un large sourire Ambroise, qui est en CM1.

Longue de 13 mètres, la remorque est équipée de tables modulables, d'ordinateurs portables et de ventilateurs. Sur le toit, 12 panneaux solaires permettent à la classe d'être autonome en énergie dans les régions rurales.

Cette classe itinérante conçue par le BloLab de Cotonou, un laboratoire de création numérique, a été lancée en août 2018 dans le but de démocratiser l'accès aux technologies numériques en dehors des villes.

De fait, pour les enfants d'Avrankrou, l'informatique est une découverte. Sur cette classe de 48 élèves, seuls quatre ont déjà vu de près ou touché un ordinateur.

Ambroise en fait partie. C'était "chez le photocopiste", dit-il, le commerçant qui photocopie des documents. Pour les quelques autres dans le même cas que lui, la rencontre avec l'informatique a souvent eu lieu via le PC d'un grand frère étudiant.

- Atelier "jerry" -

Au Bénin, la fracture numérique est une réalité. Médard Agbayazon, fondateur du BloLab, en est le témoin. "En ville, plus de gens sont équipés, il y a des cybercafés. Mais dans les villages, il est rare de trouver un ordinateur ou un smartphone", raconte-t-il à l'AFP.

D'après le dernier rapport publié en 2018 par l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), le taux de pénétration d'internet dans les foyers au Bénin est de 42,2% seulement et les connexions mobiles représentent plus de 96% des connexions dans le pays.

D'où l'idée de créer une classe mobile.

Un opérateur offre la connexion internet. Une association suisse, African Puzzle, a fait don de la remorque, mais il faut louer la cabine pour la déplacer et cela coûte cher. BloLab n'a pu visiter que deux communes depuis août dernier.

Le concept: cinq classes profitent pendant un mois d'une initiation aux nouvelles technologie, deux heures par semaine, gratuitement.

Ce n'est toutefois qu'une goutte d'eau pour répondre aux besoins: Avrankou, avec ses 128.000 habitants répartis en 59 villages, compte 88 écoles primaires.

"L'idée n'est pas de faire des informaticiens, juste de donner l'envie aux enfants d'utiliser le numérique. C'est un outil qui peut résoudre des problèmes concrets dans la vie quotidienne", souligne Médard Agbayazon.

Pendant qu'un groupe s'essaye au traitement de texte en chuchotant dans la remorque, un autre occupe une salle de la mairie: c'est l'atelier "jerry", nom donné à ces unités centrales fabriquées dans des jerrycans avec des composants recyclés, récupérés sur différentes machines obsolètes ou en panne auprès des entreprises et organisations internationales basées à Cotonou.

- Bidons jaunes et logiciels gratuits -

Raoul Létchédé, un des deux formateurs, montre aux élèves le matériel qu'ils vont assembler dans un bidon jaune vide de 25 litres.

A leur deuxième séance, les enfants sont déjà familiers avec les termes "carte mère", "disque dur", "bloc d'alimentation" et s'empressent de connecter les éléments.

"Cet atelier permet de les familiariser avec l'intérieur d'un ordinateur, démystifier son fonctionnement et leur montrer qu'ils peuvent fabriquer leur matériel avec peu de moyens", détaille le formateur.

Autre particularité de cette classe numérique itinérante: elle utilise des logiciels disponibles gratuitement.

"Ici on n'a pas d'argent pour acheter des licences. Et on ne veut pas encourager les enfants à +cracker+ (pirater)", explique Médard Agbayazon.

Cette philosophie militante a plu à la mairie, qui aimerait pouvoir un jour numériser son état civil ou géolocaliser ses forêts pour mieux les préserver.

- Contre l'exclusion numérique -

"C'est une opportunité pour ne plus être esclave des logiciels de grandes multinationales", s'enthousiasme Apollinaire Oussou Lio, le secrétaire général de la mairie qui a visité la classe itinérante. "Je voudrais qu'on forme mon personnel à cet usage !"

L'instituteur Guillaume Gnonlonfoun, lui, se réjouit pour ses élèves.

Son école n'a pas d'ordinateur. Or "à notre ère, on ne peut rien faire sans le numérique. Pour ne pas être les analphabètes du 3e millénaire, il est indispensable qu'on ait du matériel", plaide le jeune enseignant, qui s'est servi pour la première fois d'un ordinateur lorsqu'il était à l'université.

Nombre de ses collègues n'ont d'ailleurs jamais eu de PC en mains. La classe numérique leur est aussi ouverte, pour qu'ils puissent prendre le relais après le départ de BloLab.

En attendant de disposer un jour de "vrais" ordinateurs, ils auront au moins les quelques "jerrys", fabriqués par les apprentis informaticiens.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Streaming, manette, studio: Google veut révolutionner le jeu vidéo
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer
Première mondiale à l'aéroport de Lyon, qui lance un service de robot voiturier
Le Chili, nouvel Eldorado des énergies vertes
L'euphorie retombe autour des véhicules autonomes
Les limites de CO2 imposent un choc électrique à l'automobile européenne
A 30 ans, le Web est-il devenu un monstre hors de tout contrôle
Première opération chirurgicale via la 5G
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.