ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Avril 2019

SCIENCE - Publié le 12/02/2019 à 14:54


Des organismes étaient capables de se déplacer il y a 2,1 milliards d'années


AFP

Des organismes avaient déjà la capacité de se mouvoir il y a 2,1 milliards d'années, selon une étude publiée lundi décrivant "les plus vieilles traces fossiles" de déplacement et relançant le débat sur la datation des premières formes de vie complexes sur Terre.

"Le mouvement est un indicateur d'une certaine +sophistication biologique+", explique à l'AFP Abderrazak El Albani de l'Université de Poitiers, co-auteur de l'étude publiée dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Les premières formes de vie apparues sur Terre voici environ 3,5 milliards d'années.

Les formes de vie complexes, comme les plantes et les mammifères, ont des cellules dites "eucaryotes", avec des chromosomes abrités dans un noyau. Un certain consensus scientifique fait remonter l'émergence des eucaryotes à 1,8 milliard d'années.

"Nous avons découvert des traces des mouvements verticales, obliques, horizontales, avec tout le respect que j'ai pour le monde bactérien, il est incapable de se déplacer comme ça", précise le géologue. "C'est forcement des eucaryotes !"

Jusqu'à maintenant, les plus anciennes traces de mobilité découvertes en Australie, aux États-Unis, au Canada, en Afrique ... avaient 570 millions d’années.

Abderrazak El Albani et ses collègues avaient déjà fait sensation en 2010 en annonçant la découverte, sur le même site au Gabon, de fossiles d'organismes "pluricellulaires" vieux de 2,1 milliards d'années, c'est-à-dire jusqu'à 1,5 milliard d'années plus tôt que scientifiquement attesté au moment de la parution.

"Un boom biologique" rendu possible par un changement environnemental. A cette époque, la Terre sortait d'une période glaciaire. En fondant, la glace a libéré de grandes quantités d'oxygène et de nutriments permettant à la vie de franchir un nouveau palier d'évolution, explique le géologue.

L'ampleur de cette découverte avait valu en 2010 la couverture de la revue scientifique britannique Nature, même si, selon des experts, elle "posait plus de questions qu'elle n'apportait de réponses".

Depuis, avec l'équipe internationale de chercheurs qu'il coordonne, M. El Albani n'a cessé de fouiller le bassin de Franceville, au Gabon, "un site unique en termes de conservation", y découvrant ces "traces de mobilité".

"Il s’agit de structures tubulaires, de diamètre relativement constant (plusieurs millimètres), plus ou moins sinueuses, et qui traversent les lamines (fines couches) sédimentaires", précise un communiqué du CNRS.

"L’analyse de leur géométrie et de leur composition chimique démontre que leur origine est biologique et qu’elles sont contemporaines du dépôt des sédiments", ajoute le communiqué.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Léonard de Vinci était ambidextre, confirment des chercheurs
Une baleine à quatre pattes de 42,6 millions d'années découverte au Pérou
Un sarcophage égyptien va être ouvert en direct à la télévision
Des scientifiques alertent sur une pandémie mortelle pour les amphibiens
Des fossiles américains racontent le jour où un astéroïde a changé la Terre
Insolite plongée au fond des océans à la Grande Galerie de l'Evolution
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.