ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

SANTE - Publié le 12/01/2019 à 12:41


Les robots meilleurs que les médecins pour dépister le cancer du col de l'utérus


AFP

L'intelligence artificielle pourrait s'avérer bien plus précise que les humains et les examens traditionnels pour détecter les précancers du col de l'utérus, selon des chercheurs américains jeudi.

Le cancer du col de l'utérus est le quatrième cancer le plus fréquent dans le monde, avec 570 000 cas par an en 2018 selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans les pays riches, les progrès du dépistage et des campagnes de vaccination contre les papillomavirus (liés à ces cancers) ont réduit la mortalité, mais ces avancées bénéficient moins aux pays pauvres, qui concentraient 90 % des décès en 2012, selon l'OMS.

« Le cancer du col de l'utérus est désormais une maladie de la pauvreté », dit l'auteur principal de la nouvelle étude, Mark Schiffman, un médecin à l'Institut national du cancer près de Washington, qui travaille depuis 35 ans contre ce cancer.

« Nous essayons de trouver des méthodes extrêmement abordables et faciles, mais très précises, afin d'attaquer le cancer par le vaccin ou par des techniques simples, par un téléphone intelligent par exemple », dit-il à l'AFP.

Le médecin fait partie d'une équipe qui a développé un algorithme à partir d'une archive de 60 000 images de cols de l'utérus prises au Costa Rica dans les années 1990.  

Au total, 9400 femmes ont participé et ont été suivies pendant plusieurs années, pendant 18 ans pour certaines-ce qui a permis de relier chaque cancer apparu parmi elles à l'image du col avant l'apparition de la maladie.

Une fois entraîné sur cette base d'images, l'algorithme a détecté visuellement des cellules précancéreuses dans 91 % des cas, selon l'étude publiée jeudi dans la revue du National Cancer Institute.

À comparer à un taux de 69 % pour un expert humain, et 71 % pour des examens conventionnels, comme le frottis cervical.

« C'était bien plus précis que des humains examinant les mêmes images. Bien plus précis que moi-même », dit Mark Schiffman.

Le but est de développer la technologie dans les trois ou cinq prochaines années et de réaliser plus d'essais cliniques, afin qu'à terme des personnels soignants puissent procéder à du dépistage sans formation, simplement en prenant une photo qui sera analysée par l'algorithme.

« Nous disposons désormais d'un outil potentiellement utilisable partout, et qui ne sacrifie pas la qualité scientifique », dit le médecin, plein d'espoir.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Réduire sa consommation de viande au quotidien pourrait allonger l'espérance de vie
Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé
Les chauves-souris, première cause de cas mortels de rage humaine aux États-Unis
Deux expressos contre une maladie orpheline, c'est fort de café
L'activité physique dès l'âge de 3 ans préserve la santé cardiovasculaire des enfants
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.097 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.