ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 24 Janvier 2019

SANTE - Publié le 07/01/2019 à 18:05


Pourquoi sommes-nous heureux quand une personne échoue ?


AFP

En Allemand, il existe un mot pour définir la joie de voir échouer quelqu'un : "schadenfreude". D'après une récente étude, cette émotion découlerait d'une déshumanisation du rival. 

"Schadenfreude", c'est le plaisir particulier que les gens tirent du malheur des autres, comme celui de voir la carrière d'une célébrité s'écrouler, un criminel particulièrement nocif se faire emprisonner ou la défaite d'une équipe sportive rivale. 

Pour cette étude, une équipe de psychologues de l'Université Emory à Atlanta aux Etats-Unis est partie du constat qu'il n'existait pas de définition à proprement parler du terme "schadenfreude" et a donc cherché à le comprendre, à l'expliquer et à l'étudier au mieux. 

Pour certaines personnes, derrière cette émotion complexe se cache une recherche de justice, pour savoir si la personne qui a échoué méritait son malheur. Pour d'autres, il s'agit simplement d'un acte de comparaison sociale (les membres d'un groupe tirant sa joie de la souffrance de ceux qui ne font pas partie du groupe). D'autres encore estiment qu'il s'agit du fait d'envier quelqu'un ce qui nous pousse à vouloir son malheur.

Le groupe de chercheurs a donc cherché à réunir toutes ces définitions sous un seul concept. Après analyse de diverses études prouvant que Schadenfreude était une émotion intégrée à nos comportements depuis notre petite enfance, les chercheurs ont estimé que ce qui était commun à toutes les réactions était la déshumanisation, le fait de considérer une personne comme étant moins humain que soi.

Cette déshumanisation d'une autre personne ou d'un autre groupe permet de ressentir de la joie face à l'échec de cette même personne ou de ce même groupe.

L'étude suggère également que plus une personne éprouve de l'empathie envers une autre, moins elle est susceptible de ressentir l'émotion "schadenfreude" lorsque cette personne souffre. 

Cette étude a été publiée dans The Conversation.

Les enfants bilingues n'ont pas plus de facilités que les autres en matière de concentration.
Il existe un lien entre hospitalisations d'urgence et déclin des fonctions cognitives
Naissances, décès, mariages, espérance de vie : la France en chiffres
Faire de l'exercice réduit les risques de mortalité pour les personnes diabétiques
Le glyphosate, un herbicide controversé massivement utilisé
Les outils de téléconsultation commencent à s'implanter
Enfants placés: un documentaire accablant sur France 3
Les aliments riches en fibres permettraient de réduire les risques de maladies chroniques
Le controversé dioxyde de titane va-t-il vraiment disparaître de nos assiettes ?
Adopter un régime végétalien est bon pour le coeur, surtout pour les sportifs
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants bilingues n'ont pas plus de facilités que les autres en matière de concentration.
Adopter un mode de vie similaire à celui des chasseurs cueilleurs permettrait de rester en bonne santé
La taille et le poids influenceraient plus la longévité féminine que masculine
Japon: un satellite lanceur de météorites en orbite pour un spectacle spatial inédit
La NASA et la Chine collaborent sur la Lune
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.