ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 24 Janvier 2019

PLANETE - Publié le 02/01/2019 à 11:32


Les perroquets de Caracas, un spectacle bigarré dans la jungle urbaine


AFP

Les perroquets bigarrés sillonent le ciel de Caracas. Dociles malgré leurs cris stridents, ils se posent sur les balcons à la recherche d'une nourriture pas toujours adaptée à leur survie.

Leur plumage combine une palette de rouge, de bleu, de vert, de jaune et d'orangé. Aux premiers rayons du soleil ou à la tombée du jour ils zigzaguent entre les palmiers et les immeubles.

Dans la capitale vénézuelienne trépidante et polluée, la prolifération de ces oiseaux exotiques pourrait ressembler un rêve pour les amoureux de la nature.

Même si l'on ne sait pas très bien comment ils sont arrivés dans cette ville de six millions d'habitants, certains spécialistes suggèrent qu'ils ont été introduits par des trafiquants d'animaux, ou qu'ils se sont échappés de captivité dans des volières ou des jardins zoologiques.

Caracas n'est en tout cas pas leur habitat naturel, les populations de perroquets vivant dans les zones forestières du sud du Venezuela, dont certaines à la frontière avec le Brésil.

L'espèce Ara araurana, au plumage bleu et jaune, est la plus commune à Caracas. On y rencontre également le Ara chloropterus (rouge et vert), le Ara macao (jaune, bleu et rouge) et le Ara severus, avec des serres rougeâtres et bleues.

« Les impressions sont mitigées : d'un côté il est agréable de voir qu'ils s'approchent des habitations où ils trouvent de la nourriture et sont bien accueillis, d'un autre il est préoccupant qu'ils ne puissent pas trouver dans la nature les aliments dont ils ont besoin », explique à l'AFP le biologiste Diego Diaz.

Ce spécialiste recommande d'éviter le contact direct avec ces animaux « pour qu'ils ne finissent pas comme des sortes de mascottes dépendantes des humains ».

Devant une cohabitation devenue inévitable, les vétérinaires recommandent de leur donner des fruits, des légumes ou des graines de tournesol, mais jamais des aliments fabriqués comme des galettes.

Hécatombe en Australie: un million de poissons d'eau douce retrouvés morts
Restaurer l'environnement: quand les solutions deviennent problèmes
Un nouveau médusarium hypnotique pour sensibiliser à la santé des océans
Roméo, une des dernières grenouilles de son espèce, a trouvé sa Juliette
Les eaux de la Patagonie, laboratoire naturel pour étudier le changement climatique
La glace de l'Antarctique fond plus vite que jamais
Le monde avance en somnambule vers le désastre climatique, craignent les organisateurs à Davos
Le safe sex, version bernard-l'ermite
Justin Trudeau interpelle Shinzo Abe sur la chasse à la baleine
Le réchauffement des océans revu à la hausse
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants bilingues n'ont pas plus de facilités que les autres en matière de concentration.
Adopter un mode de vie similaire à celui des chasseurs cueilleurs permettrait de rester en bonne santé
La taille et le poids influenceraient plus la longévité féminine que masculine
Japon: un satellite lanceur de météorites en orbite pour un spectacle spatial inédit
La NASA et la Chine collaborent sur la Lune
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.062 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.